MF – Faire taire son Juge Intérieur

Faire taire son Juge Intérieur

Libérez-vous de cette voix qui vous tyrannise

En chacun de nous, se cache une petite voix qui aime à nous tyranniser. Bien souvent, c’est elle qui garde le contrôle. Il est temps de mettre fin à son règne.

Avant toute chose, il faut cibler cette voix : qui est-elle ? D’où vient-elle ? Qu’est-ce qui la compose ?

Voici une petite carte mentale qui vous permettra de comprendre de quel bois est fait votre Juge Intérieur.

Maintenant qu’on connait notre Juge Intérieur, on peut avoir un impact dessus grâce à des actions complètes.

Première action possible : l’ancrage dans le moment présent et la méditation.

Petit détour par les accords toltèques ! Le troisième plus particulièrement : ne pas faire de supposition.

C’est notre deuxième action possible pour faire taire notre Juge Intérieur.

Le Juge Intérieur se nourrit de ce qui nous fait défaut : si on fait toujours de notre mieux, il ne pourra pas de point d’accroche pour nous faire mal.

Faire de son mieux : tel est notre troisième action possible.

Le Juge Intérieur se réveille souvent lorsqu’on est face à un évènement difficile, une émotion négative intense. Voici une petite méditation très efficace pour survivre à la vague négative tout en faisant taire le Juge Intérieur.

Lorsque vous sentez que votre Juge Intérieur prend le dessus, la check-list d’urgence peut vous indiquer une marche à suivre. N’hésitez pas à l’utiliser !

Mon expérience

C’est un peu la partie blabla de cette mini-formation. Je tiens à vous partager mon expérience personnelle.

Il faut savoir que mon Juge Intérieur a toujours eu beaucoup d’influence sur moi, que ce soit durant mon adolescence comme dans le début de ma vie d’adulte. Inutile de préciser qu’il était loin d’être tendre avec moi. Perte de confiance en moi, crise de larme, développement de phobie, incapacité à me regarder dans un miroir… La liste des conséquences est aussi longue que douloureuse.

J’ai toujours considéré que cette petite voix, très critique, était normale. Haha. Fausse bonne idée. De ce fait, je l’ai toujours un peu laissé de côté. Jusqu’en juillet 2019 environ où ce Juge Intérieur m’a littéralement fait vivre la pire nuit de ma vie. À cause d’un seul geste de rien du tout, mon esprit s’est littéralement enflammé, m’a asséné des horreurs que je ne souhaite à personne. Je n’ai pas dormi de la nuit, et ces mots, sortis de la face la plus critique de mon esprit, m’ont torturé et fais mal pendant des semaines. Encore maintenant en y pensant, j’ai un petit pincement au coeur. Les conséquences concrètes de cette nuit ? En plus d’avoir mis en péril une amitié qui m’était extrêmement chère, j’ai pris une décision radicale : il était hors de question de revivre une nuit pareille. Il était hors de question que la salope qui se trouvait dans ma tête me torture encore une seule fois de la sorte.

Alors j’ai commencé à me renseigner. D’où vient-elle, cette fichue voix ? Une fois fait, il a fallut monter un plan d’action. Elle n’a pas d’accroche dans le moment présent ? Très bien, essayons de plus vivre dans le moment présent. Les suppositions forment un point d’entrée ? Ok, essayons de ne plus faire de supposition. Elle ne peut pas nous casser si on a fait de notre mieux ? Ça roule, sans se mettre en danger, tentons de n’avoir aucun regret à la fin de chaque journée.
Ce n’est pas toujours facile… Mais les résultats sont là.

Environ neuf mois après avoir mis cette petite routine en place, mon Juge Intérieur ne vient pratiquement plus me torturer. Ça lui arrive encore de temps en temps… Mais on est passé d’une fréquence allant de 3 à 10 fois par jour en période de crise à moins d’une fois tous les trois mois, et les crises sont beaucoup moins fortes. Pour prendre une image, on est passé d’un ouragan à un vague qui vient vous lécher le bout des orteils.

Le fait que mon Juge Intérieur soit beaucoup moins présent m’a permis de réaliser énormément de chose. J’ai repris confiance en moi, en mes projets et en mes idées. Je suis de plus en plus moi-même, j’arrive de nouveau à créer et surtout, je suis beaucoup plus heureuse. Faire taire mon Juge Intérieur et m’en donner les moyens a changé ma vie d’une manière si puissante que je n’aurais jamais pu l’imaginer.

Est-ce que c’est dur ?
Oui. Parfois, on a envie de lâcher l’éponge, mais il faut s’accrocher, coûte que coûte.
Est-ce que c’est long ?
Oui… et non. Tout dépend de vous, d’où vous êtes dans votre cheminement personnel et de l’importance que vous accordez à votre Juge Intérieur. Certains mettront quelques semaines à s’en débarrasser quand d’autres mettront des années.
Est-ce que ça vaut vraiment le coup ?
Damn YES !


En bref…

  • Le Juge Intérieur n’est qu’une construction de notre ego.
  • L’ego ne survit pas dans le présent ➥ 1ère action ☞ cultiver le moment présent (notamment grâce à la méditation)
  • Le Juge Intérieur adore les suppositions ➥ 2ème action ☞ suivez le 3ème accord Toltèque, et ne faites plus de suppositions (en tout cas, essayez)
  • Le Juge Intérieur se sert de vos doutes et actes manqués pour vous torturer ➥ 3ème action ☞ faites toujours de votre mieux (inutile de soulever des montagnes, n’ayez seulement aucun regret)

%d blogueurs aiment cette page :