Avez-vous le courage de donner le jour aux trésors qui sont cachés en vous ?  – Elizabeth Gilbert

– Maman, raconte-moi une histoire ! demanda la petite fille.

Un sourire attendrit sur les lèvres, la jeune mère s’assit près de son enfant, et s’exécuta avec plaisir. 

Il était une fois, dans un petit village de campagne, vivait une petite fille aux cheveux blonds comme le miel. Elle adorait l’aventure. Elle aimait grimper dans les arbres, faire du vélo, s’inventer des péripéties avec ses peluches et ses jouets… Et par-dessus tout, elle aimait lire. Alors qu’elle n’avait pas atteint ses dix printemps, la jeune fille avait déjà fait le tour du monde en 80 jours. Elle avait étudié dans la plus grande école de magie que l’Angleterre n’ait jamais connue. Elle avait aussi pu côtoyer des personnages de légende, tels que Nicolas Flamel, ou encore Jeanne d’Arc. 

Tout au fond d’elle, la petite fille rêvait de vivre elle une aventure, une vraie! Ce qu’elle voulait vraiment, c’était réaliser une chasse au trésor. Mais elle avait peur. Et si des méchants monsieurs la kidnappaient? Et si elle n’arrivait pas à lire la carte? Et si elle cassait la clef juste avant d’ouvrir le coffre de bois? Tant de choses la terrifiaient et la poussaient à rester bien sagement à la maison… Surtout que sa Maman n’aurait certainement jamais accepté qu’elle parte. 

Petite fille a grandi maintenant. Malgré ses traits qui sont devenus ceux d’une femme et ses préoccupations qui n’ont plus rien d’enfantin, sa vocation est toujours tapie au fond d’elle : elle veut partir à la recherche d’un trésor caché. Mais que penserait les garçons qui elle s’en allait à l’aventure? Et puis, il y avait l’école, les diplômes à préparer… Non, elle ne pouvait pas chercher son trésor maintenant. Ce n’était pas le moment. Encore une fois, des circonstances extérieures lui firent taire cet élan intérieur qui la poussait à créer. 

Petite fille est dorénavant adulte. Enfermée dans un travail qui ne lui plaît pas, en couple avec un homme qui ne l’aime plus, tout est au bord du précipice. Alors qu’elle rumine ses idées noires, des milliers d’autres se bousculent dans sa tête. Pour se calmer, elle attrape un vieil album jauni par le temps et gonflé par l’humidité. Elle tourne les pages de ses souvenirs avec tendresse, jusqu’à retomber sur une photo d’elle enfant, déguisée en aventurière, un sac en bandoulière trop grand de son père sur le côté, le chapeau de sa grand-mère sur la tête, le sourire jusqu’au bout des yeux. Elle retourne la photographie. Au dos, son feu grand-père avait laissé un mot. 

Pour partir à la chasse au trésor, il suffit parfois que regarder en soi. 

Son grand-père avait toujours constitué un épais mystère. Petite fille, elle ne comprenait pas tout, et il lui répétait qu’elle saisirait le sens de ses paroles quand elle serait plus grande. Que voulait-il dire? Puis elle se souvint… C’est lui qui lui avait transmis sa passion pour la lecture. Lui qui la poussait à voir le bon en elle. Lui qui la rassurait quant à sa valeur quand elle était pétrie de doute. Toute sa vie, il lui avait soufflé la même chose : les plus beaux des trésors se cachent en toi. 

Soudain, quelque chose explosa sous son crâne. Des mots défilèrent avec une vitesse hallucinante, formant des phrases, puis des paragraphes et des pages entières. Fébriles, elle se jeta sur son ordinateur, et commença à taper comme jamais elle n’avait taper sur un clavier. Les lettres se suivaient comme des perles sur un collier précieux, formant des images, excavant des émotions… Après plus d’une heure d’intense activité, la jeune femme s’arrêta d’écrire, et contempla son écran. Elle l’avait fait. Un texte court complet s’étalait sur sous ses yeux. 

Il avait suffi d’une seule maxime, inscrite à la main à l’arrière d’une vieille photo pour d’un coup d’un seul recolorer sa vie terne et grise. Sans même le savoir, la jeune femme venait de réaliser quelque chose de grand : maintenant elle savait que si elle voulait partir à l’aventure, il lui suffirait de rentrer en elle-même, pour y trouver les trésors qu’elle renfermait.

– Je n’ai pas tout compris Maman… 

– Tu comprendras mieux quand tu seras plus grande ma chérie. Tu sais, chaque personne est un coffre au trésor, plein de pièces, de bijoux et de pierres brillantes. Mais bien souvent, on a peur de regarder ce qu’il y a dans notre coffre au trésor… Parce qu’il y fait sombre, et qu’on ne sait jamais vraiment sur quoi on va tomber. Nos plus grands trésors résident en nous. Il suffit d’aller les trouver. 

Un avis sur “Avez-vous le courage de donner le jour aux trésors qui sont cachés en vous ?  – Elizabeth Gilbert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :