Am Stram Gram… – M.J. Arlidge

Caractéristiques :

  • Auteur – M.J. Arlidge
  • Editeur – Les Escales
  • Parution – 2015
  • Pages – 368
  • ISBN – 978-2365690812

4ème de couverture :

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d’une piscine vide dont il est impossible de s’échapper. À côté d’eux, un pistolet chargé d’une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s’intensifient, l’angoisse monte. Jusqu’à l’issue fatale.

Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n’avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire.

Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe.

Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

Mon avis :

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce thriller m’a déçu, et sur plusieurs points. 

J’ai tendance à être assez dure envers les roman que le lit, et notamment avec les thrillers qui se veulent psychologique. 

Comme beaucoup de roman, le problème que j’ai eu avec ce roman réside dans une quatrième de couverture qui annonce A pour au final avoir B. Je m’explique. 

Le résumé tourne énormément autour de ce que subissent les victimes, à savoir se retrouver séquestrée avec une autre personne, avec une seule indication de la part du criminel : tuer ou mourir. Avec ce genre de résumé, on s’attend à suivre les victimes de près, à avoir un focus sur les dilemmes moraux et éthiques auxquels ils font face, à cette lutte pour leur survie et leur conscience… 

Au lieu de cela, on passe plus de 90% du roman auprès de l’équipe policière en charge des enquête. Dite équipe pleine de cliché et qui manque cruellement de saveur. L’enquêtrice principale, Helen, est fade au possible, et ne fait preuve de strictement aucune originalité. Glaciale, insipide, avec un passé assez lourd… Du recuit plus qu’autre chose. 

Ajoutons à cela que le rythme est beaucoup trop linéaire, et les rebondissements bien trop prévisibles temporellement parlant. Bien que les chapitres soient courts et permettent d’avoir un rythme assez élevé, il n’y a aucune variation dans ce dernier : moralité, en tant que lecteur, on finit par s’ennuyer ferme. De même pour les rebondissements : même si on ne connait pas forcément leur teneur, on sait à peu près quand il va arriver tant l’intrigue suit un schéma connu de tous. C’est longuet, c’est répétitif, avec des clichés en vois-tu en voilà… 

Alors pourquoi avoir continué ma lecture ? Pour connaître la fin. Je voulais voir si la fin pouvais rendre un peu ses lettres de noblesse à cet ouvrage. Grosse déception là aussi : un dénouement, certes, que l’on ne voit pas venir, mais qui est totalement capillotracté, au point que je n’ai pu pensé qu’à deux choses en terminant le roman : tout ça pour ça ? et quelle fin bâclée ! 

En bref, roman à éviter. Il peut être bien pour introduire quelqu’un à cet l’univers sombre des thrillers, mais pour les aficionados du genre, passez votre route, ce livre n’en vaut pas la peine. 

Citations : 

Parfois dans la vie, on doit tendre le bâton pour se faire battre.

Le temps passe si lentement quand on a perdu tout espoir.

Ma note : 10.25/20

  • Scénario –  1.75/4
  • Ecriture/Style – 1.75/4
  • Potentiel d’addiction – 2/3
  • Personnage – 0.5/2
  • Emotions – 1.5/2
  • Originalité/Créativité – 1/2
  • Suspens – 1.5/1.5
  • Humour – 0.25/1.5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s