Ugly Love – Colleen Hoover

Caractéristiques :

  • Auteur – Colleen Hoover
  • Editeur – Hugo Roman
  • Parution – 2014
  • Pages – 336
  • ISBN – 978-2266263955

4ème de couverture :

Quand Tate Collins rencontre Miles Archer, elle sait que ce n’est pas le coup de foudre. Et pour cause, le beau pilote n’a de temps que pour les aventures sans lendemain. Ils ne peuvent pourtant pas nier leur attraction mutuelle, aussi immédiate que brûlante. Alors pourquoi ne pas se laisser séduire, quand le sexe est si bon ? Pas d’attaches, simplement la passion… Leur arrangement semble parfait, tant que Tate accepte de respecter les deux règles de Miles : Pas de question sur le passé, Ne pas espérer de futur. Cependant, ils vont vite comprendre que le coeur ne suit pas d’autres règles que les siennes. L’amour, même quand il n’est pas une évidence, sera-t-il plus fort que leurs promesses ?

Mon avis :

Il y a quelque temps de cela, j’ai eu une période où je ne voulais lire que des romances. C’est tout naturellement que je me suis tournée vers Colleen Hoover qui reste une des romancières les plus connues et aussi qui sait me toucher à chaque fois. 

Avec ce roman-là, encore une fois, elle a su toucher juste. Bien l’intrigue de base manque cruellement d’originalité, l’autrice y ajoute des éléments qui viennent donner un côté unique à l’histoire. 

Ugly Love, c’est l’histoire d’une jeune femme et d’un jeune homme qui, à défaut de former un couple traditionnel, entretiennent une relation d’amitié saupoudrer de sexe (des sex-friends, pour être plus claire. Jusque là, rien d’original, on pourrait croire que l’histoire est tracée de A jusqu’à Z. Mais Colleen Hoover est plus fine que ça. Elle fait, en effet, parti de ces rares auteurs qui arrivent à utiliser des personnages topiques et une intrigue bateau pour créer une pièce totalement originale et surtout intéressante.

Son histoire aurait pu être une bonne romance pour la plage, mais elle en a fait une très belle histoire d’amour et surtout, une belle histoire humaine.

Que ce soit au travers du passé de Miles, notre héros masculin, comme au travers de personnages secondaire comme le concierge, Colleen Hoover transforme une intrigue plus que basique une ode à l’amour et au dépassement de soi. 

Parce que, dans le fond, Ugly Love est bien plus qu’une simple romance. C’est le genre de roman qui résonne de manière différente en le coeur de ses lecteurs, et qui vient faire la richesse du texte. Avec mon regard de lectrice, j’y ai surtout vu le procès de l’Amour. D’un côté, des arguments sur pourquoi l’Amour, c’est beau, et de l’autre, des arguments sur pourquoi l’Amour c’est horrible… D’où selon moi le choix du titre Ugly Love. En une histoire, l’autrice nous montre en quoi l’Amour peut construire des ponts et des gratte-ciel, mais aussi ô combien l’Amour peut être destructeur. 

Ce roman me permet aussi de tirer une autre conclusion, plus en rapport avec la création cette fois-ci. Avec cette oeuvre, l’autrice américaine nous prouve que notre intrigue n’a pas besoin d’être la plus originale qui soit, que notre style n’a pas besoin d’égaler un Victor Hugo ou un Balzac pour véhiculer des émotions, mais qu’à partir de moment où on sait ce quel message on veut faire passer, et que si construit notre oeuvre non pas avec une grandeur digne de grande folie mais avec justesse, le texte peut être excellent. 

En bref, un roman qui peut sembler banal et bateau à première vue, mais qui porte un véritable message au travers d’une histoire humaine et belle. 

Citations :

Miles est mon tout.

C’est ce qui arrive quand on se sent attiré par quelqu’un. Il n’est pas là et, soudain, il est partout, qu’on le veuille ou non.

Toutefois, quand on aime embrasser une fille pour ce qu’elle est, la différence ne se situe plus dans le plaisir mais dans la peine que l’on ressent quand on ne l’embrasse plus.

Le beau côté de l’amour vous soulève au-dessus du reste du monde, si haut qu’on n’en voit plus la laideur et, en le contemplant d’en haut, on se dit je suis bien heureux de me trouver au-dessus de tout ça.

[…] Son atrocité ne nous transporte pas.

Elle vous fait TOMBER.

Vous maintient la tête en bas.

Vous noie.

On relève la tête en se disant qu’on aimerait se trouver là-haut.

Mais ce n’est pas le cas.

L’amour atroce devient une part de vous-même.

Vous consume.

Vous fait tout haïr.

Vous fait comprendre que son beau côté n’en vaut seulement pas la peine. Loin de toute beauté, on ne risque pas de ressentir cela.

D’en ressentir l’atrocité.

Alors, on laisse tomber. On lâche tout.

– Je sais que tu es terrifié à l’idée d’affronter ton passé. Comme n’importe qui le serait à ta place. Pourtant, il faut parfois en passer par là, non pas pour soi mais pour ceux qu’on aime encore plus que soi-même.

Ma note : 14.75/20

  • Scénario –  2.75/4
  • Ecriture/Style – 3/4
  • Potentiel d’addiction – 3/3
  • Personnage – 1.5/2
  • Emotions – 2/2
  • Originalité/Créativité – 1/2
  • Suspens – 1/1.5
  • Humour – 0.5/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s