Historique

Le prix de la liberté – Ludvik Jean-Denis

cover-206.jpg

Caractéristiques : 

  • Auteur – Ludvik Jean-Denis
  • Editeur – Autoédition
  • Parution – 2016
  • Pages – 124
  • ISBN – 978-2-322132-11-9

4ème de couverture :

Pointeville, 1780.

Cornelia, une jeune esclave, vit paisiblement dans l’Habitation Saint-Pierre avec ses parents. Après une tentative de vol et de fuite vaine, ces derniers connaissent une fin tragique.

L’arrivée de Joseph, un nouvel esclave, bouleverse la vie de Cornelia, qui se laisse séduire par les discours très engagés de ce celui-ci à propos de la liberté, jusqu’au jour où un conflit sans précédent éclate…

L’instabilité politique de l’île offre de nombreuses possibilités de liberté à Cornelia qui préfère commettre l’irréparable.

La jeune esclave entame un long chemin vers une contrée inconnue où sentiments et émotions sont mis à rude épreuve.

Parviendra-t-elle à conquérir ce trésor inestimable qu’est la liberté ? La fortune sera-t-elle de son côté ?

Mon avis :

Après moult épopée et désagrément, et j’ai enfin eu l’occasion de lire ce roman auto-édité… Qui m’a laissé plus que sceptique, pour ne pas dire que je n’ai pas aimé du tout.

Je tiens cependant à mettre les choses au clair : ce que je n’ai pas apprécié découle de manière assez générale un seul et unique point, qui est un détail de mise en forme plus que de fond.

Ludvik Jean-Denis nous plonge dans une période de l’histoire aussi violente que trouble et complexe : la Guadeloupe esclavagiste de la fin du XIXème siècle. Je n’ai que très rarement, voir même jamais, lu de roman qui se positionnait dans cette période historique et à cet endroit précis du globe.
Et s’il y a bien une chose que je redoute quand je lis un roman qui se base sur des faits historiques, ce sont les faits d’histoires totalement fantasmagorique et bien loin de la réalité. Difficulté très vite et très bien écarté par l’auteur ! On sent dans chaque page le détail fait quant la véracité historique. Date précise, évènement… L’auteur n’a pas eu peur de se plonger dans les documents et les ressources afin de faire de son roman un gage de certitude – aussi exacte soit-elle -.
Le sujet de l’esclavage est assez bien mené et dirigé, où on sent de même les recherches qui ont été faites, et c’est un excellent point.

Alors pourquoi je n’ai pas aimé ? Seulement un point qui, malheureusement, a emmené tel un ras de marée toutes les choses qui auraient pu faire de ce roman une pépite : le style.

Très aride et beaucoup trop scolaire, j’ai plus eu l’impression de lire, parfois, un devoir d’invention sur le thème de l’esclavage que réellement un roman. Autant dire que ce n’était pas des plus agréable : une prose très hachée et bien loin d’être fluide, un vocabulaire assez restreint, des répétitions à l’emporte-pièce, une absence quasi-totale de figure de style… Et surtout, le plus dommageable à mon sens, un manque total de transmission d’émotion et de sentiment.
Obligatoirement découle de ce point les points suivants : je n’ai pas pu m’attacher aux personnages – aussi intéressant puissent-ils être – tant ils étaient caricaturaux et sans profondeurs. Je n’ai pas pu ressentir de l’empathie et vraiment être à 100% dans l’ambiance insoutenable qui a voulue être faite, par manque de description sensibles et imagée. J’ai rarement été aussi stoïque face à un texte.

D’autant plus, mais c’est une donnée purement technique, je trouve qu’environ 100 pages pour raconter une dizaine d’année d’histoire, c’est bien trop court.

En bref, un roman qui avait un potentiel qui n’a absolument pas été exploité, et c’est bien dommage.

Citations :

Aucun relevé !

Ma note : 6.75/20

• Scénario – 3/4
• Ecriture/Style – 0.25/4
• Potentiel d’addiction – 0.25/3
• Personnage – 0.5/2
• Emotions – 0.25/2
• Originalité/Créativité – 1.5/2
• Suspens – 0.75/1.5
• Humour – 0.25/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s