Drame·Thriller

La Résurrection (Extraction 2/2) – Tony Perraut

cover-280Caractéristiques : 

  • Auteur – Tony Perraut
  • Editeur – Auto-édité
  • Parution – 2017
  • Pages – 330
  • ASIN – B0722N7KD4

4ème de couverture :

Tu ressors d’un long cauchemar dans lequel tu t’étais volontairement endormi.
Tu te retrouves de nouveau seul.
Toujours cette peur dans le ventre, Un soir tu entends, venant d’un haut-parleur situé en haut de cette immense pièce une voix.
Tu ressens le moindre fragment de son ton,
Elle est là : 72 heures pour sortir, 72 heures pour comprendre la réalité du monde. Les démons ressortent.
Et le meurtre lui, se fera sans anticipation. Tuer pour survivre, survivre pour être tué.

Mon avis :

Vous aviez eu droit à la chronique du premier tome il y a peu, et je remercie l’auteur d’avoir placé sa confiance en moi une nouvelle fois pour lire le second tome en avant première (sortie le 27 juin)… Et bien je ne suis pas passée loin du coup de coeur !

Que d’amélioration ! Quand nous avions un premier tome un peu brouillon sur les bords et extrêmement confus, avec un rythme mal maîtrisé, et que nous avons là un second tome bien plus maîtrisé, plus mature, avec un rythme bien plus soigné… Je ne peux qu’applaudir.

Bien que l’on soit toujours dans la tête d’Ugo, ce pauvre homme pas très équilibré, on arrive à suivre ses délires, à les comprendre, les interpréter… C’est déjà beaucoup plus agréable pour nous, lecteurs, car nous sommes bien moins perdus, mais aussi pour le personnage lui-même qui, bien que déséquilibré, possède tout de même un semblant de cohérence et de solidité.

Il en est de même pour les thèmes abordés : meurtre, peur, blessure, courage, survie… Le tout, savamment arrangé, donnant alors un ensemble à la fois cohérent et qui sonne juste. Et c’est cela le plus important : dans le précédent tome, les thèmes étaient trop disparates, les liens entre eux trop fins pour donner un ensemble sur le bon ton. Ici, rien de cela.

Ce que j’ai vraiment trouvé intéressant, c’est à la fois le développement donné avec la trame de fond plus axé sur la famille et le passé, ainsi que la comparaison constante, lors des moments de folies ou d’adrénaline, avec un orchestre, une musique, le plus souvent classique. J’en viendrai même à me demander si cette saga ne serait pas – dans une certaine mesure – une métaphore d’un opéra ou d’un concerto. Oui, je vais loin.
En bref, une écriture bien plus travaillé et mature, sur un lit de suspens bien rythmé, à la chute du moins improbable. Chapeau !

Citations :

Parfois, les mots sont impossibles alors on ferme les yeux et on montre des images. Des images indescriptibles. Comme si elles étaient destinées uniquement à être imaginées et non révélées.


– Si ma vraie maman est l’étoile et mon papa l’univers, je veux être le rêve car sans lui les étoiles n’existent pas, elles ne sont que des planètes. Alors que dans nos rêves, elles sont brillantes et scintillent dans le ciel comme des milliers de mamans oubliées.


L’homme n’a pas de peur. Ah si, une seule, la vérité.


On n’arrête pas les bonnes choses, on les fait vivre à jamais.


– Tu ressens ? Il y a autant de battements de coeur actuellement que de jours que je veux passer avec toi.


Nous sommes ce que nous devons être.


Les étoiles paraissent heureuses et pourtant si tu regardes bien, elles sont mortes.


Je n’ai de rêve que celui où tu m’as dit je t’aime.

Ma note : 16.5/20

• Scénario – 3.75/4
• Ecriture/Style – 3.25/4
• Potentiel d’addiction – 2.75/3
• Personnage – 1.5/2
• Emotions – 1.5/2
• Originalité/Créativité – 2/2
• Suspens – 1.5/1.5
• Humour – 0.25/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s