Contemporain·Drame·Romance

Loin de tout (Loin de tout 1/2) – J.A. Redmerski

couv44198553Caractéristiques : 

  • Auteur – J.A. Redmerski 
  • Editeur – Milady 
  • Parution – 2013
  • Pages – 479
  • ISBN – 978-2811212483

4ème de couverture : 

Après avoir perdu son premier amour dans un accident, Camryn, 20 ans, plaque tout pour partir à l’aventure. C’est alors qu’elle rencontre Andrew, qui n’a pas été épargné par la vie lui non plus. Camryn a beau s’être juré de ne plus jamais tomber amoureuse, l’amour se révèle à elle sous de multiples facettes au cours de ce voyage. Un road trip improvisé qui marque le début d’une nouvelle existence exaltante. Mais l’insaisissable Andrew cache un secret qui peut les lier à jamais ou les détruire pour toujours…

Mon avis :

J’entendais tellement parler de ce roman, et je voyais sa couverture passer tellement souvent que j’ai fini par craquer et l’acheter, pour savoir un peu de quoi il en retournait. Malgré un début assez long, j’ai passé un bon moment de lecture !

Comme je l’ai dit, le début est un peu longuet. Le temps que tout soit mis en place, avec l’intrigue, les personnages… On prend entre 100 et 150 pages, et c’est parfois un peu trop. Mais l’avantage est qu’une fois que l’histoire est vraiment lancée, il n’y a plus aucun problème : le rythme est excellent, à la fois doux et trépidant, il arrive nous faire ressentir et à nous faire voir des choses différentes et diverses.

Pendant ma lecture, je me suis souvent demandée pourquoi est-ce que ce livre avait eu un succès pareil, alors qu’il n’est, à première vue, qu’une romance de plus. Mais la chose qui, selon moi, lui donne son originalité et sa puissance émotionnelle, c’est sa noirceur omniprésente. Je m’explique.

Nous savons dès le départ que notre héroïne, Camryn, a perdu son précédent petit ami dans un accident qui la hante encore. Tout au long du roman et au contact d’Andrew, on la voit évoluer dans son deuil, on la voit lutter face à ses propres démons et ses propres émotions. Pour ce qui est d’Andrew, à partir d’un certain moment, un malaise s’installe. On sent que quelque chose ne va pas, et que ce n’est pas juste un problème de pellicule.

C’est cette noirceur, cette avancée face à la mort et au deuil et le mystère d’Andrew qui confère au roman un petit quelque chose d’inquiétant, un sentiment de précipitation et dernière action, qui le rend unique.

Une thématique est centrale ici : le deuil, la souffrance, et nos réactions face à la douleur. Ça sort de l’ordinaire et des romances mielleuses où tout est beau et tout mignon. Ici, à chaque page, on est confronté à la dure réalité de deux héros en épreuve de deuil ou qui sont confrontés à la mort d’une manière ou d’une autre, avec des discussions loin d’être simplette, et des punchlines qui font réfléchir.

Le style de l’auteur est en parfait adéquation avec cette atmosphère un peu sombre qu’elle veut dépeindre, tout comme elle arrive à nous faire ressentir une palette d’émotion magistrale et très puissante. Je l’avoue, j’ai sangloté sur la fin, tant c’était poignant.

En bref, une romance qui sort de l’ordinaire, et qui vous fera sortir les mouchoirs !

Citations :

En vérité, ça n’a presque rien à voir. La dépression est l’une des formes les plus crues de la douleur, et je ferais tout pour être capable de ressentir de nouveau une émotion. N’importe laquelle. Une douleur normale vous fait souffrir, mais une douleur si puissante qu’elle vous empêche d’éprouver quoi que ce soit d’autre ? Vous avez l’impression de perdre la tête.


La vie prend toujours une autre tournure quand on perd un être aimé. Et, quoi qu’il advienne, on ne peut pas s’y préparer.


– Souffrir, c’est souffrir, ma belle. (Chaque fois qu’il m’appelle « ma belle », je l’entends mieux que n’importe quelle autre de ses paroles.) Ce n’est pas parce que les problèmes de quelqu’un sont moins traumatisants que ceux d’un autre qu’il n’a pas le droit de souffrir autant.


Les coïncidences ne sont que la version conformiste du destin.


Les meilleurs amis, peu importe ce qu’ils font, ne vous blessent autant que parce qu’ils sont, justement, vos meilleurs amis.

Ma note : 18/20

• Scénario – 3.75/4
• Ecriture/Style – 3.75/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 1.75/2
• Suspens – 1.25/1.5
• Humour – 0.5/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s