Historique·Témoignage

Le Journal d’Anne Frank – Anne Frank

couv64716720-gifCaractéristiques : 

  • Auteur – Anne Frank
  • Editeur – Le Livre de Poche
  • Parution – 1947
  • Pages – 325
  • ISBN – 978-2253177364

4ème de couverture : 

Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans  » l’Annexe  » de l’immeuble du 263, Prinsengracht. Le 4 août 1944, ils sont arrêtés sur dénonciation. Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa sœur Margot. La jeune fille a tenu son journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944, et son témoignage, connu dans le monde entier, reste l’un des plus émouvants sur la vie quotidienne d’une famille juive sous le joug nazi.

Mon avis :

Ce livre est un monument, un classique, et pourtant, je ne l’avais jamais lu… J’ai fait cette lecture avec Zyle, de chez Blog d’une fangirl !

Ici, pas d’histoire narrée à proprement parlé, seulement un témoignage. Nous découvrons au fil des pages, le quotidien de la jeune Anne et de sa famille, en fuite à cause de la politique nazie. Obligés de se cacher à Amsterdam dans une sorte de maison haute, de grenier (appelé l’Annexe), ce texte est une perle pour tous les passionnés de la période historique.

Il faut d’abords savoir que c’est loin d’être un texte qui avait pour vocation d’être lu, bien au contraire : il s’agit ni plus ni moins que le journal intime de la jeune Anne. Elle lui parle de tout et de rien, comme elle le ferait à une véritable amie (le journal porte d’ailleurs le petit nom de Kitty).

Cette dimension là, de journal intime, rend le livre un peu plus dur à lire je trouve. Anne le dit elle-même, ses textes ne doivent pas être lu, pas ceux qu’elle écrit dans son journal en tout cas. Il s’agit de son journal intime, dans lequel elle écrit directement ce qu’elle pense, que ce soit de sa mère, sa soeur, ses colocataires, les aléas de son coeur… Quelque chose d’extrêmement privé, et intime… Et nous, des années plus tard, nous le lisons. J’ai trouvé ça à la limite du malsain, d’être plongé comme ça dans la plus stricte intimité de cette jeune juive qui n’a pas eu la vie facile…

Mais en dehors de cette dimension purement intime, Le Journal d’Anne Frank est aussi une mine d’information hors normes quant au mode de vie des juifs durant la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que sur cette dernière elle-même. Les problèmes de rationnement, le fait de vivre constamment dans la peur, les évolutions progressives de l’armée, les espoirs, les bombardements… On est comme ramené des décénies en arrière.

Sur un point de vu purement technique, le style d’Anne Frank est très littéraire et extrêmement riche. C’est un vrai régal à lire !

En bref, un classique à lire, bien écrit et très instructif sur la période.

Citations :

C’est une sensation très étrange, pour quelqu’un dans mon genre, d’écrire un journal. Non seulement je n’ai jamais écrit, mais il me semble que plus tard, ni moi ni personne ne s’intéressera aux confidences d’une écolière de treize ans.

Si seulement elle savait…


Je trouve incroyable que des adultes puissent se quereller si vite, si souvent et à propos des détails les plus futiles.


Mais j’ai appris au moins une chose, celle-ci : on ne connaît vraiment les gens qu’après avoir eu une bonne dispute avec eux, alors seulement on peut juger de leur caractère !


Cette semaine, j’ai beaucoup lu et peu travaillé, c’est ainsi qu’il faut faire dans le monde pour aller loin.


Papa, Maman et Margot me laissent complètement indifférente, j’erre d’une pièce à l’autre, je descends puis remonte l’escalier, et me sens comme l’oiseau chanteur dont on a brutalement arraché les ailes et qui, dans l’obscurité totale, se cogne contre les barreaux de sa cage trop étroite.


Un être peut se sentir seul, malgré l’amour des autres, s’il n’est le « préféré » de personne.


Cette histoire nous a rappelé brutalement à la réalité, au fait que nous sommes des juifs enchaînés, enchaînés en un seul lieu, sans droit et avec des miliers d’obligations. Nous juifs, nous ne devons pas écouter notre coeur, nous devons être courageux et forts, nous devons subir tous les désagréments sans rien dire, nous devons faire notre possible et garder confiance en Dieu. Un jour, cette horrible guerre se terminera enfin, un jour nous pourrons être des êtres humains et pas seulement des juifs !

Et il serait peut-être temps, que certains se rendent compte que la religion d’un individu ne définit pas son coeur et son humanité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s