Comédie·Dystopie·Historique

Guerre aux Grands ! (Mort aux Grands ! 2/2) – Pierre Léauté

couv38608720Caractéristiques : 

  • Auteur – Pierre Léauté 
  • Editeur – Le Peuple de Mü
  • Parution – 2016
  • Pages – 152
  • ISBN – 979-1092961485

4ème de couverture : 

1939. Augustin Petit tient enfin les grands dans sa main et s’apprête à la refermer sur eux. Devenu Empereur des Français, il lance sa croisade ultime envers et contre tous… et surtout malgré l’équipe de bras cassés qui l’accompagne.

Des pyramides égyptiennes aux palais de Rome, rien ne pourra arrêter l’ascension du plus petit des grands hommes.

Mon avis :

Encore une fois, je remercie chaudement l’auteur de m’avoir envoyé ce second tome, que j’ai trouvé plus léger et déjanté que le premier !

Le style de Pierre Léauté ne change pas, à l’exception faite qu’il est un peu plus léger, et axé sur le comique dans ce tome-ci. J’ai presque envie de dire que c’est normal, étant donné qu’Augustin a réussi à accéder au pouvoir. Le ton change un peu donc.

La trame de fond est identique à celle du premier tome : une uchronie de base. Cette fois-ci, nous ne sommes plus dans la période 1918-1933/1935, mais dans la suivante, celle de l’avant/pendant/après Seconde Guerre Mondiale.

Pour ce qui est l’histoire même… Encore une fois, c’est une réussite ! Originale, drôle, mais qui parfois, reste sérieuse et soulève des questions loin d’être anodines, Pierre Léauté nous fait suivre son petit personnage, haut en couleur, pour notre plus grand plaisir à nous lecteur !

Les personnages… Les personnages… Déjà qu’ils étaient bons, ici, l’auteur a mis le paquet ! Nous suivons toujours les mêmes personnes, et l’accentuation de leurs traits comiques rajoutent une dimension absolument énorme !

Vous l’aurez compris, ce tome est très proche du premier, à ceci près qu’on ne se place pas au même endroit niveau temporel, et que le comique a été bien plus mis en avant que dans le premier tome. Une chronique très courte, mais que rajouter de plus ? Ah ! Oui : Augustin est vraiment entouré qu’une équipe de bras-cassés…

En bref, un tome 2 excellent, à la hauteur du premier ! Fou rire garanti !

Citations :

– Celui d’Ulysse, mon fils. L’Histoire ne se souvient jamais des colosses mais des bâtisseurs.


Vérités et fantasmes s’entremêlent parfois de noeuds si inextricables que les mensonges d’hier prennent étrangement vie.


Son cornet enfoncé dans l’oreille droite, le professeur Mogetty fronça les sourcils :
– Ah, ah ! Oui ! rigola le vieux fou, complètement hilare.
– Non, mais il a les fusibles qui se touchent le fossile ? se lamenta le haut gradé. Des bombes supersoniques maintenant ! Je vous préviens, moi, si on ne réagit pas tout de suite, autant plier les gaules et rentrer chez grand-mère !
L’éminent prix Nobel planta ses branches de lunettes dans ses écoutilles, l’air complètement hagard.
– Laissez tomber, fit l’Auvergnat, le pauvre à perdu la boule depuis que son laboratoire a été bombardé. Une armoire normande lui est tombée sur le ciboulot. Alors bon, on l’habille, on le sort, on lui a donné une petite chatte pour l’occuper, mais lui demandez pas le carré de l’hypothénuse, il est trop siphonné du bulbe pour s’en rappeler.


– Ah, mais pas besoin d’aller si loin pour refiler des gnons ! J’ai pas l’habitude de castagner du croulant, mais faudrait voir à pas trop me gonfler, hein !
L’Auvergnat reçut en guise de réponse une paire de pantoufles sur le coin de la figure.
– Celle-là, elle est pas venue d’Amérique !
Et comme un seul homme, touts les pécores de l’immeuble balancèrent à leur tour une pluie de tatanes sur mon président du Conseil. J’enfournai ma tête entre mes deux mains tandis que Lise m’enlaçait tendrement. Mais quel dieu avais-je offensé à ce point pour que tous les casse-burnes de la création s’entendent pour me les briser ?

Bien plus comique que le premier tome…


– C’est pas la priorité, Suprême !
– Pour moi, si, me butai-je.
– Donnez-moi au moins une division.
– Non.
– Un bataillon, alors !
– N’insistez pas.
– Une patrouille, une toute petite patrouille, mendia mon président du Conseil désespéré.

Ça me rappelle un dialogue dans Astérix et Obélix Mission Cléopâtre ça… 
– Une gourde. Une gourdinette. Un bol alors. Une bolinette ! C’est un petit bol…

Ma note : 18.5/20

• Scénario – 3.5/4
• Ecriture/Style – 3.5/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 1.75/2
• Originalité/Créativité – 2/2
• Suspens – 0.75/1.5
• Humour – 1.5/1.5
• Bonus « Fou rire » : +0.5 pt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s