Policier

Le jour où la boîte s’est ouverte – Quentin P. Lemarié

couv6150012Caractéristiques : 

  • Auteur – Quentin P. Lemarié
  • Editeur – Autoédité
  • Parution – 2015
  • Pages – 100
  • ISBN – B011JV6TNU

4ème de couverture : 

Lorsque l’arme numérique connue sous le nom de « Boîte de Pandore » refait surface après avoir disparu pendant trois ans, chaque seconde devient capitale. Dans une course-poursuite haletante, des alliances se forment, des secrets ressurgissent, des masques tombent… Mais faut-il pour autant empêcher son cœur de battre ? Car après tout, aujourd’hui pourrait bien devenir… « Le jour où la boîte s’est ouverte ».

Mon avis :

Ah… Un bon petit livre, frais et bien vivifiant ! Merci à l’auteur de m’avoir contacté pour le lire, j’ai passé un très agréable moment !

Le style arrive – chose étonnante- à être extrêmement riche et frais tout à la fois ! On enchaîne les mots et les phrases sans aucune difficulté, tout en appréciant un niveau de littérature et de français assez élevé. Bon sang, que c’est bon ! Mais surtout, le style est pourvu d’un véritable rythme, tout comme l’histoire qu’il porte. Il pourrait très bien ne rien se passer du tout que l’on s’éclaterai quand même. Alors vous imaginez bien, ici, dans une longue nouvelle bourrée d’action… Le résultat est excellent !

L’intrigue est une intrigue policère de base, qui, et j’ai été extrêmement étonnée et heureuse de le voir, reprend certain principe de Sherlock Holmes (notamment le personnage de Sherlock). J’ai beaucoup aimé ce côté un peu british et déluré de l’oeuvre ! Là dessus, se greffe une micro-romance, qui vient rajouter un peu de piment à une sauce déjà assez relevée.

L’histoire quant à elle, est extrêmement bien menée. Tout du long, on se pose des questions, on s’interroge sur les véritables intentions, voire même la véritable identité de certains des personnages ! C’est rythmé, il y a de l’action, de l’humour, beaucoup de suspens… Au top !

Je suis complètement bluffée par les personnages mis en scène. Quand on sait que certains romans ont du mal à développer des personnages profonds et avec des reliefs sur plus de 300 pages d’auteur connu et renommé, alors voir là, sur 100 petites pages (et encore !) un tel développement des personnages… Je dis bravo !

Peter, notre Sherlock Holmes version française, aussi mystérieux que brillant ! Un personnage que j’ai vraiment adoré, par sa perspicacité, sa zone d’ombre et son humour plus que tordant.

Anaïs, une battante qui ne lâche rien, et qui sait être femme.

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment beaucoup aimé ce petit roman, qui aurait vraiment mérité d’être plus long… Mais pour écrire moi même, je sais à quel point il faut être endurant et avoir du souffle pour tenir la distance et réussir à écrire un roman. Je suis persuadée qu’à force, ce bon Quentin P. Lemarié arrivera d’ici quelques temps à nous écrire un roman policier à couper le souffle ! En tout cas, je trouve qu’il est sur la bonne voie.

En bref, un roman très court qui se dévore extrêmement vite, et qui raviera beaucoup de monde ! Pas un coup de coeur… Mais presque !

Citations :

Je ne peux pas trahir ce en quoi je n’ai jamais cru, pensa-t-elle en disparaissant dans la capitale.

Ma note : 18.5/20

• Scénario – 3.5/4
• Ecriture/Style – 3.75/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 1.75/2
• Originalité/Créativité – 1.75/2
• Suspens – 1.5/1.5
• Humour – 1.25/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s