Dystopie·Romance

L’Héritière (La Sélection 4/9) – Kiera Cass

couv41144545Caractéristiques : 

  • Auteur – Kiera Cass
  • Editeur – Robert Laffont
  • Parution – 2015
  • Pages – 410
  • ISBN – 978-2221159262

4ème de couverture : 

Il y a vingt ans, America Singer est entrée dans la sélection et a gagné le cœur du prince Maxon. Maintenant le temps est venu pour la princesse Eadlyn de suivre les traces de ses parents en ayant sa propre sélection. Eadlyn ne s’attend pas à ce que sa sélection soit aussi belle que celle de ses parents. Mais, alors que la compétition commence, elle découvre que trouver son propre bonheur n’est peut-être pas aussi difficile qu’elle le croyait.

Mon avis :

Face à la fin du troisième tome, l’envie de lire le quatrième m’a prise. Une lecture qui avait mal commencée, mais qui, au final, se termine très bien, et dans un climax énorme.

Le style de Kiera Cass, fidèle à lui même, est fluide et puissant même si le manque de figure de style manque cruellement. On note cependant qu’ici, il est beaucoup moins chaleureux que dans les trois premiers tomes, tout simplement parce qu’Eadlyn est beaucoup plus froide que ne l’était America. Chose qui confirme une de mes hypothèses : le style est adapté à la psychologie des personnages. Ainsi, au fur et à mesure de l’histoire, où on voit Eadlyn descendre de son piédestal et devenir moins froide, le style évolue, devenant de plus en plus prenant, et de plus en plus chaleureux. De plus, il y a tout un fond un peu (beaucoup ?) féministe ici, qui reprends une thématique et une problématique bien actuelle : la place de la femme de la société. Très subtile, mais extrêmement révélateur, d’autant plus que l’on voit le mal que cela peu faire à une jeune femme.

L’intrigue est beaucoup plus soft que celle des autres. Les Renégats ne sont plus à l’ordre du jour, mais d’autres problèmes arrivent. D’où la ré-introduction de la Sélection, mais cette fois inversée : ce sont les hommes, les invités !

J’avais peur que l’histoire soit répétitive, un mauvais re-cuit du premier tome… Mais en fait non ! On trouve Eadlyn, imbue d’elle-même (une fille très désagréable au départ), mais qui est une femme forte. Alors autant dire que quand son père lui annonce que pour détourner le regard du peuple des problèmes, il organise une nouvelle Sélection… Autant dire qu’elle n’apprécie pas des masses… Mais tout le déroulement ne réside pas ici dans la Sélection même, mais dans ses conséquences : Eadlyn s’ouvre petit à petit, et c’est une des plus belles choses que j’ai pu voir.

Les personnes sont extrêmement attachants.

Eadlyn, bien qu’on la déteste au début, on finit, au vu de son évolution, par bien l’apprécier, et même la comprendre. On se rend très vite compte qu’elle est tout simplement femme forte, avec un caractère bien trempé, et qui tient plus que tout ça à liberté. Qui serai-je pour la blâmer, en sachant que je fais exactement la même chose ? (reste à savoir si je suis aussi chiante qu’elle, cependant).

J’ai bien aimé le personnage de Kile. On le voit évoluer d’ami d’enfance à potentiel mari… Il est trop chou. Cependant, je trouve que son évolution a été beaucoup trop radicale, trop rapide, et pas assez sur la longueur.

Mais mes petits chouchous restent Henry et Erik. Il sont tellement attendrissants ! Surtout Henry en fait. Mais la tournure que prends la relation entre Eadlyn et Erik… A surveiller de trèèèèès près !

Cela fait vraiment très bizarre de voir Maxon et America en tant que parents. C’est à dire, posés, calmes, et réfléchis. Vraiment très étrange.

Mais le pire de tout… POURQUOI CETTE FIN !!!! AAaaaarrrggggg c’est juste atrocement sadique une fin pareille ! J’ai l’impression de revivre la fin de Phobos de Victor Dixen. Heureusement que j’ai appris qu’il y aurait une suite (prévue en Mai ou Mars 2016), parce que sinon, je crois que je n’aurais pas pu survivre ! Pourquoi tant de haine !?

En bref, un quatrième tome qui est bien différent du premier, et qui ne fait pas passer le même message. À lire pour tous les fans de la série, et même pour les autres !

Citations :

Hélas, mes parents n’ont pas supporté l’idée que leur fille aînée ne puisse pas régner à cause d’une malheureuse – mais adorable – paire de seins.


Comment peut-on être frustré d’avoir grandi sans restrictions ?


– (…) Deux d’entre eux m’ont demandé de la manière la plus prudente et discrète possible si tu préférais les femmes.
J’ai émis un bruit qui n’était pas un rire.
– Bien sûr. Parce que la seule façon d’aimer les hommes, c’est de me prosterner devant eux.
– Ce n’est pas le moment de jouer les féministes, Eadlyn. Tu dois être gracieuse.


– Beurk, encore des maths. J’en ai suffisamment comme ça.
Il a éclaté de rire.
– Mais ça c’est des maths cool.
– Des maths cool ? C’est un oxymore.


Ils pouvaient tous lancer mon monde sur une nouvelle orbite. Je n’aimais pas ça. Je voulais choisir mon chemin. Était-ce la raison pour laquelle j’avais érigé une muraille autour de moi ? Avais-je peur d’être dépossédée du contrôle que j’avais sur ma vie ?


– Comment la vérité peut-elle envenimer quoi que ce soit ?

Ma note : 16.75/20

• Scénario – 2.75/4
• Ecriture/Style – 3/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 1.5/2
• Suspens – 1.5/1.5
• Humour – 1/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s