Comédie·Historique

Percy Jackson et les dieux grecs – Rick Riordan

couv54108823-pngCaractéristiques : 

  • Auteur – Rick Riordan
  • Editeur – Albin Michel 
  • Parution – 2014
  • Pages – 428
  • ISBN – 978-2226257888

4ème de couverture : 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les dieux grecs sans oser le demander! La mythologie? Quelle barbe jupitérienne… Sauf si le jeune demi-dieu Percy Jackson se mêle de nous la raconter de l’intérieur. Parce que le garçon est vraiment bien placé pour en parler : son papa, c’est Poséidon, le dieu de la mer, un type pas vraiment commode. Trahisons, complots, vengeances, incestes, cannibalisme, bains de sang, rapts et prises d’otages… des Titans à Hercule en passant par Prométhée, on ne s’ennuie jamais avec les Olympiens !

Mon avis : 

Merci à mon petit frère de m’avoir offert ce livre (que je comptais acheter d’ici peu…) pour mon anniversaire ! Cela faisait un moment qu’il me faisait de l’oeil, et franchement, je ne suis pas déçue !

Le style de Rick Riordan est, comme à son habitude, très fluide, empreint d’un humour tordant, mais qui reste tout de même riche. Le plus de cet ouvrage comparé aux autres, est qu’il est beaucoup plus axé sur la pédagogie que les autres. Il reste tout de même une sorte de mémo sur les olympiens (Zeus, Hades, Poséidon, Héra, Déméter, Athéna, Arès, Aphrodite, Héphaistos, Apollon, Artémis, Hermès, Dionysos, Perséphone et Hestia et etc… pour ceux qui ont des cours en retard).

Il n’y a donc pas véritable d’intrigue ni d’histoire dans ce tome ci, puis que l’auteur ne fait que reprendre les mythes et légendes qui ont bercés la Grèce Antique, et les as couché sur papier. Comme il avait plusieurs versions de la mythologie, il y a des partis pris, mais on ne lui en veux pas des masses…

Les personnages (en quelque sorte), sont pour une fois, connu de pratiquement tous. Zeus, Arès, Perséphone… Ça fait écho dans votre mémoire non ? Et bien si vous aviez une rare et floue idée de leurs histoires, maintenant, vous l’aurez dans son intégralité (humour à la Riordan compris).
Bonne nouvelle pour ceux qui adorent la mythologie grecque et qui, comme Percy Jackson, voudraient savoir qui serait leur parent Olympien ! Chaque dieu (ou presque) a un chapitre qui lui est dédié, dépeignant au mieux sa personnalité. L’auteur accentu peut-être certains traits, mais l’essentiel reste tout de même inchangé. Chose qui va ravir tous les membres du fandom des PJ (dont je fais partie, il faut l’admettre).

Mais il faut bien le dire, le gros plus de ce bouquin reste l’humour, et la pédagogie qu’il y a derrière. Tous les férus de mythologie devraient lire ce livre, aussi bien pour en apprendre un poil plus que pour se marrer un bon coup.

En bref, un livre génial, avec qui j’ai passé un très bon moment, et qui m’a permis de rester un peu plus longtemps dans le monde des Percy Jackson, que j’affectionne tout particulièrement… Pas un coup de coeur, mais presque !

Citations :

Vous vous rendez compte ? À cinq dans un estomac… Autant que les joueurs d’un doucle au tennis, plus l’arbitre ! Depuis le temps qu’ils se morfondaient là, ils devaient prier pour que leur père avale un jeu de cartes ou une boîte de Monopoly.

(en parlant de Cronos qui avait mangé ses enfants)


Il émergea alors des flots avec son trident, vêtu de sa plus belle tunique verte et coiffé d’une couronne de coquillages qui le rendait irrésistible (c’est du moins ce qu’il croyait).
– Salut, beauté, attaqua-t-il avec un sourire niais. Tes parents auraient dû t’appeler Tempête. Parce que quand je te vois, je tombe à la renverse !
Soyez indulgents : ça faisait des années qu’il attendait l’occasion de sortir cette blague.

(Poséidon parlant à Déméter)


Comme je l’ai dit plus haut, la plupart ne s’étaient jamais distingués ni en bien ni en mal. Privés de substance, ils tournoyaient sans relâche au-dessus du Pré de l’Asphodèle, telles des chauve-souris, tentant de se rappeler qui ils étaient et ce qu’ils faisaient là. Un peu comme les profs pendant la première heure de cours, avant qu’ils aient eu leur dose de café.

(en parlant des âmes dans le Pré de l’Asphodèle, aux Enfers)


Je sais ce que vous pensez : Un type qui survit au déluge pendant que le reste de l’humanité se noie, ça me rappelle quelque chose… Un certain Noé.
En effet, toutes les cultures anciennes mentionnent un cataclysme de ce genre. Seuls les détails diffèrent. Si ça se trouve, Deucalion a croisé l’arche de Noé, et il a dit à sa femme : Un couple d’animaux de chaque espèce ! Pourquoi est-ce qu’on n’y a pas pensé ?
Et Pyrrha lui aura répondu : Parce qu’ils ne seraient jamais rentrés dans le coffre, abruti !
Mais ce ne sont que des suppositions…


Paradoxalement, Apollon était aussi le dieu de la guérison. C’était lui qu’on priait pour obtenir du sparadrap ou de l’aspirine.


Un conseil : si vous vous faites agresser par un sale type, parlez-en à quelqu’un. Ce n’est jamais votre faute.

(conseil de l’auteur même je pense, écrit après un énième viol de la part de Zeus)


La déesse déposa Hippolyte aux pieds de son neveu.
– Je t’en prie, guéris-le, supplia-t-elle. Moi-même, je n’en ai pas le pouvoir.
– Hum ! Qu’est-ce qui lui arrive ?
– Il est mort.
– C’est grave, alors. L’issue est presque toujours fatale. Je vais voir ce que je peux faire.

Ma note : 18.5/20

• Scénario – 3/4
• Ecriture/Style – 3.5/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 1.5/2
• Originalité/Créativité – 2/2
• Suspens – 1/1.5
• Humour – 1.5/1.5
• Bonus « Pédagogie » : +1pt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s