Coup de coeur·Dystopie·Romance

L’Élue (La Sélection 3/9) – Kiera Cass

couv19602215-1Caractéristiques : 

  • Auteur – Kiera Cass
  • Editeur – Robert Laffont
  • Parution – 2014
  • Pages – 337
  • ISBN – 978-2221129302

4ème de couverture : 

La sélection prend un ultime tournant. Quant à America, sa vie à changée pour de bon. Et elle est décidée à se battre. Pour Maxon. Mais d’autres concurrentes se sont dangereusement rapprochées du prince. La seule solution: Riposter.

Mon avis :

Ultime tome de la saga de base, que j’ai commencé dès le tome deux terminé, et je dois dire que c’est un coup de coeur !

J’ai trouvé que le style de Kiera Cass se faisait plus complet et plus pressant dans ce tome-ci, plus rythmé, plus rapide, comme si on nous faisait savoir que la fin allait arriver, rien que par le style. Stressant comme méthode, mais qui porte ses fruits : impossible de lâcher le livre ne serait-ce qu’un seul instant.

L’intrigue, toujours dans l’équilibre, est encore plus poussée que dans le précédent tome. J’entends par là qu’on a un renforcement sur le côté de la Sélection même, car elle arrive à terme, mais on a aussi un renforcement net sur le côté dystopique (par les attaques de plus en plus fréquentes et de plus en plus violentes de la part des Renégat), posant alors un monde complet et complexe, entre jeux politiques et magouilles. Bon, les manipulations sont d’être aussi poussées et recherchées que celle présentes dans les Indiana Teller de Sophie Audouin-Mamikonian, mais elles ont le mérite d’exister, et de booster le roman.

L’histoire. OMG. Il n’y a pas d’autre mot. Le triangle amoureux est enfin distendu, pour se retrouver avec une America qui se démène pour rester fidèle à elle-même, tout en se battant pour réussir à avoir le coeur de Maxon. Et même si on se doute de comment ça va finir dès le premier tome, il n’empêche que l’auteure arrive à jouer avec nous. Tout ce rapprochement avec Kriss, et autre petits détails qui font douter… Et qui nous rendent folles. Jusqu’aux dernières pages, jusqu’à l’ultime rebondissement (qui soit dit en passant, m’a réellement surpris pour le coup), on ne sait pas qui gagnera. Phénoménal.

Les personnages eux, continus d’évoluer.

America a enfin compris ce qu’elle devait faire, et que la Sélection était bien plus qu’une obligation dont elle ne voulait pas.
Aspen a enfin compris qu’America et lui, c’était de l’histoire ancienne (ça ne veut pas dire que je l’aime, au contraire, je le déteste autant qu’au premier tome).
Mais les évolutions les plus nettes sont, je trouve, en les personnages du roi Clarkson et de Céleste.

Le roi nous apparaît au tout début comme un roi plutôt bon et proche de ses sujets. Mais découvre son vrai visage tout au long de la saga, particulièrement dans ce troisième tome. Et franchement, c’est une des plus grosses ordures que j’ai jamais vu. Dans le genre bon gros sadique, on a ici le pompom !

Et Céleste… On voit enfin sa coquille se briser, et on apprend à vraiment la connaître. Je vous laisse découvrir ça.

En bref, un coup de coeur monumental pour ce tome qui est le plus puissant de tous je trouve. J’ai toujours un pincement au coeur quand je pense que je l’ai terminé, tellement il m’a plus. Je ne voulais pas (et je ne veux toujours pas d’ailleurs) quitter ce monde là. Cette saga m’a mis des paillettes dans les yeux dans une période où tout le monde à le regard baissé, où la majorité se recueille. Je suis vraiment contente d’avoir découvert cette saga qui est une mes préférés…

NB : Elle m’a donné envie de porter de longues robes de princesse, et de danser des danses de salon… Quand on sait que je suis plus porté sur les jeans et les danses latino dans le genre tango, on peut se poser des questions quand même… Deviendrai-je une vraie fille Oo ?

Citations :

– Et toi, America ? Lequel tu préfères ? me demande Kriss.
Le seul que je trouve vraiment à mon goût, c’est Aspen, alors j’esquive la question.
– Je n’en sais rien. Ils sont tous plutôt mignons.
– « Plutôt mignons » ? répète Céleste, indignée. Tu plaisantes j’espère ! Je n’ai rien vu de plus appétissant de toute ma vie !
– C’est juste un groupe de mecs à moitié à poil.


– Ne t’inquiète pas. Tout le monde a une cicatrice quelque part, même – et surtout – ceux qui sont les plus dignes de notre respect


– Rien ne vous y obligeait…
– Je sais. Mais parfois, l’important, c’est l’envie, pas l’obligation.


– Il faut mener les gens du peuple le mors aux dents, avec des oeillères, comme les chevaux. Autrement ils se détournent du droit chemin, ils foncent dans le mur.

Quand je vous disai que le roi Clarkson était ignoble…


– (…) Je vais t’aimer comme aucun homme n’a jamais aimé une femme, mille fois plus que dans tes rêves les plus fous. Cela, je t’en fais la promesse.


– Est-ce que le prince est quelque par ici ?
Solennel, il secoue la tête négativement.
Sa réponse me frappe en plein coeur. J’ai l’impression que je vais me vider de mon propre sang. Aucun sparadrap, aucun point de suture ne pourra refermer cette blessure. Aucun cachet ne pourra faire taire cette douleur qui me déchire les entrailles.

Ma note : 18.75/20

• Scénario – 3.75/4
• Ecriture/Style – 3.75/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 1.75/2
• Suspens – 1.5/1.5
• Humour – 1/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s