Comédie·Contemporain·Romance

Hot Love Challenge – Cécile Chomin

couv11542442Caractéristiques : 

  • Auteur – Cécile Chomin
  • Editeur – Harlequin
  • Parution – 2015
  • Pages – 256
  • ISBN – 978-2280278935

4ème de couverture : 

Hot, comme Julien, alias mon boss terriblement sexy qui est aussi l’être le plus irritant, le plus odieux et le plus détestable du monde. Julien, qui m’oblige à le vouvoyer alors qu’on s’est connu à l’époque où on était bourrés d’hormones et de boutons, et qui, accessoirement, est également l’heureux invité du mariage de ma meilleure amie Sophia.

Love, parce que je suis réquisitionnée à J-7 pour aider Sophia dans les derniers préparatifs de son mariage – privilège ô combien réjouissant réservé à mon statut de témoin. Sophia est folle amoureuse de son futur mari. Et folle tout court, ce qui augure d’une semaine très, très chaotique. Surtout avec Julien dans les pattes.

Challenge, comme le défi que me lance la vie pour les sept jours à venir : assurer en tant que témoin, ne pas tuer Julien. Ah, et surtout : ne pas coucher avec Julien.

Mon avis :

Que de bonnes surprises pour l’instant au niveau de mes lectures pour le challenge Les filles de Mrs Bennet !

Le style est très moderne. Par là, j’entend qu’il est fluide, et plus orienté vers l’oral que vers l’écrit. Ce n’est pas de la littérature classique, mais ça convient très bien au thème du roman, et arrive à créer une atmosphère humouristique et légère. Un plus, à ne pas négliger.

L’intrigue est un canon des livres à l’eau de rose, à savoir deux personnes qui se détestent et qui, en réalité, ne se détestait pas tant que cela… Une recette vieille comme le monde, mais qui marche bien !

L’histoire, elle, est quelque peu rocambolesque. Pauvre Lydia… Elle enchaîne emmerdes sur emmerdes, pour son plus grand désespoir et notre plus grand bonheur. Même si elle n’a rien de vraiment très original et novateur, elle reste simple, clean, et ce n’est que mieux. On a besoin de légèreté parfois.

Les personnages sont par contre, eux, assez hauts en couleurs.

Lydia, notre personnage principal, célibataire endurcie avec un caractère très indépendantiste (soit dans des termes plus commun, un caractère de merde), qui hait au plus haut point son boss (et ami d’adolescence) Julien. Je l’ai trouvé à la fois drôle et attachante. Un bon personnage comme on en a déjà vu, mais qui, par son ironie et ses sarcasmes, se démarque.

Julien, le fameux boss tyranique. On assiste à un véritable jeu de miroir avec lui. Pour expliquer simplement, nous sommes plongés dans la tête de Lydia durant tout le livre, et donc, nous avons tous ses ressentis et ses pensées. Et il est assez marrant de voir qu’elle interprête un signe de Julien d’une certaine façon et que nous, lecteur, voyons d’une autre. Car Julien, même s’il est parfois (il faut le dire), un connard fini, reste un brin romantique.
Les personnages secondaires sont pour la plupart (je pense notamment à Angie) un peu plus profonds que ce que l’on pourrait croire, et ce n’est pas plus mal.

Mais le gros point fort de cet ouvrage reste l’humour, présent à chaque lignes de chaque phrases de chaque chapitres. Un pur régal ! Cela faisait un moment que je n’avais pas rigoler sur un bouquin, et franchement, ça fait du bien !

En bref, un roman très frais et léger, rempli d’humour et d’amour, qui en raviera plusieurs ! Je recommande chaudement !

Citations :

– T’es vraiment un genteleleman…
Waouh, super dur à prononcer, ce mot !
– Ta gueule, dors et ne ronfle pas.
– Connard…
– Alcoolique…
C’est le dernier mot gentil que j’entends avant de sombrer dans un léger coma éthylique réparateur…


– (…) Cela dit, quand je te vois habillée comme ça, je me dis que les vêtements féminins sont vraiment mal pensés parce qu’il n’y a rien de plus sexy qu’une femme dans votre chemise, surtout si elle est froissée. Alors oui, si tu veux confirmation, malgré ton caractère de merde et ton épuisant sens logique, tu me fais bander, et non, ce n’est pas un simple réflexe. Mais bon, je suis un connard et toi, une salope, on va donc chacun gentiment retrouver notre chambre.
Là-dessus, il pose ses lèvres sur les miennes et me claque la porte au nez après m’avoir collé dans les mains mon iPhone et ma robe de la veille, qui a aséché en boule toute seule dans son évier.
Mon dieu, c’était quoi ça ?


En parlant de tare, il en est où, mon soupirant ?
– Alors ?
Ah, c’est une question. Et je crois que c’est à moi qu’elle s’adresse. Essayons de rester logique : il n’y a que lui et moi sous cette tonnelle, à part une vingtaine de fourmis mais je doute qu’il s’adresse à elles, non ? Hé, les fourmis, pourriez pas m’aider ?


Note pour plus tard : ne jamais me marier. Trop compliqué, je ne supporterais pas ma mère et mon père, plus une belle-mère et un beau-père. Ou alors, il faut que je me trouve un orphelin.


Je me prends à rêver que la vie soit aussi simple que les paroles d’une chanson. Sauf que dans la vie les hommes ne sont pas des poètes.


Ça ne vous arrive jamais, cette sensation qu’une chanson colle précisément à un moment de votre existence ? Moi ça m’arrive tout le temps. Allez, dites-moi que je suis normale, ça me changera.


Le destin n’a pas de boussole.


– Qu’est-ce que tu aimes chez moi ?
– Toi, dit-il sans l’ombre d’une hésitation.
Et je réalise que c’est la plus belle chose qu’on m’ait jamais dite.

Ma note : 17.5/20

• Scénario – 2.75/4
• Ecriture/Style – 3/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 1.25/2
• Suspens – 1/1.5
• Humour – 1.5/1.5
• Bonus « Tranche de rire » : +1pt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s