Comédie·Coup de coeur·Historique·Romance

Un moment d’abandon (Les demoiselles de Spindle Cove 1/6) – Tessa Dare

couv52392723Caractéristiques : 

  • Auteur – Tessa Dare
  • Editeur – J’ai Lu
  • Parution – 2014
  • Pages – 375
  • ISBN – 978-2290073780

4ème de couverture : 

Spindle Cove est un village idyllique. Il permet aux femmes de s’évader loin de la folie des hommes. Pourtant, ce havre de paix est bientôt envahi par des soldats las de la guerre et dangereusement séduisants. Victor Bramwell, nouveau comte de Rycliff est l’un d’eux. Il a l’ordre de former une milice locale dans ce lieu atypique. Rapidement, il se heurte à Suzanna Finch, et à ses idées résolument modernes.

Mon avis : 

Lu dans le cadre du challenge Les filles de Mrs Bennet, je ne m’attendais pas à trouver cette perle qui fut un réel coup de coeur !

Le style est fabuleux. Très fluide, mais aussi riche, poignant, et émouvant. L’histoire se déroule au moment où l’Angleterre est en guerre contre la France de Napoléon Bonaparte. Ainsi, les discours des personnages sont empreint de cette atmosphère d’un ancien temps, mais mis en parallèle avec un style qui se veut moderne. C’est une chose très agréable à lire, et qui nous pousse à poursuivre notre lecture jusqu’à des heures tardives.

L’intrigue quant à elle, repose sur une équation très simple. Une femme rebelle, un beau jeune homme, des pensées différentes, clash, attirance… Vous connaissez la suite. Mais l’originalité réside surtout quand le ton qui est employé, tantôt très sérieux, tantôt totalement humoristique. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas autant rigolé en lisant en livre !

Comme je le disais, même si la trame et l’histoire se déroule plusieurs siècles en arrière, le style est moderne, ainsi que certaine situation. L’humour est omniprésent, rendant le récit léger, et tordant. Les fous rires sont au rendez-vous !
Au fur et à mesure de la lecture, on voit les ressorts se mettre en place, et on se dit qu’on connaît la scène finale avant même de l’avoir lu. Mais non ! Préparez vous à être surpris par la fin (même si elle est classique) ! Elle ne vient pas sur le tapis de la façon dont on pense !

Les personnages sont tout simplement excellents, et très attachants.

Susanna, une belle femme au passé houleux et aux idées définitivement modernes et féministes, a un caractère bien trempé. Fougueuse, elle se difficilement faire. Très portée sur autrui, elle est très attachante, et semble très vraie, dans le sens où on perçoit ses faiblesses. Elle n’est donc pas à ranger dans la case des personnages trop parfaits.

Bramwell (alias comte Rycliff), est un homme, un vrai, un soldat haut gradé, blessé à la jambe. Bourru, sauvage et autoritaire, il n’est pas du genre à se laisser faire, et sa rencontre avec Susanna le transformera à jamais. Il est très attachant, et pourvu d’un humour excellent. J’adore !

Les personnages secondaires sont tout aussi importants, marrants, et sympathiques !

En plus d’être bien écrit et très addictif, ce livre délivre aussi un beau message : soyez-vous même. Que vous soyez un homme ou une femme, un message est donné. Il montre aux hommes que ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas parfait qu’ils en sont moins attirants, moins importants. Et il montrera qu’une femme n’a pas à être éduquée à l’emporte pièce, à devoir répondre à des critères imposés (par quelqu’un ou la société) pour attirante ou un bon parti.

Attention toutefois ! Soyez prévenu, il y a quelques scènes de sexe explicites ! Je ne m’y attendais absolument pas à dire vrai, mais comme cela vient tout à fait naturellement, et qu’elles sont assez soft (ce n’est pas du 50 nuances si vous voyez ce que je veux dire…), cela passe très bien !

En bref, un livre drôle, beau, touchant, émouvant, surprenant et incroyablement addictif ! Un véritable coup de coeur, et s’agissant d’une série, il me tarde de lire la suite !
Ce challenge commence très fort, vivement la suite !

Citations :

Et, en bon imbécile, il avait annoncé sont arrivée dans la région en renversant sa fille sur la route, en déchirant sa robe et en l’embrassant sans préavis. En termes de campagne stratégique, celle-ci ne mériterait aucune médaille.


– Lait ou sucre ?
Nom d’un chien. Elle lui proposait du thé. Et il réagissait comme si elle se tenait nue devant lui, un pot de crème dans une main et un sucrier dans l’autre, et lui demandait quelle substance il préférait lécher sur sa peau.
Les deux, s’il vous plaît.
– Ni l’un ni l’autre, répondit-il à la place.


Rycliff et elle avaient en commun du tempérament et de la volonté. Et en fille d’armurier, Susanna savait qu’il fallait frotter vigoureusement le silex contre le métal pour produire autant d’étincelles.


Elle détestait le fait que ces femmes intelligentes, non conventionnelles, soient recluses ici parce qu’on leur avait donné l’impression qu’elles n’étaient pas normales. Elle détestait le fait qu’elles soient obligées de fuir la société simplement pouvoir être elles-mêmes.


– J’ignore si cet homme est capable d’entendre raison, répondit-elle en rajustant ses gants avec un petit geste sec. Mais ne vous en faites pas, Sally. Je parviendrai à le convaincre. Il va simplement me falloir quelques articles de votre boutique.

(Recontextualisation : Bramwell refuse d’entendre raison sur un certain point, et Susanna décide de jouer sur son charme pour le faire craquer, en achetant quelques affaires dans la boutique de la dite Sally.)


– Chut, murmura-t-il contre son sein. De simples baisers. C’est tout.
De simples baisers. Et les pyramides d’Egypte étaient de simples tas de pierres.


Bram ralentit en s’approchant de l’entrée. De plus près, cela ne ressemblait à aucune taverne qu’il ait vue. Il y avait des rideaux en dentelle aux fenêtres. Les délicats accent d’un air de pianoforte lui parvinrent. Et sur l’enseigne, il lut…
– Dites-moi que j’ai la berlue.
– Le Gai Pinson, lut son cousin à voix haute d’un ton maussade. Salon de thé et confiserie.
Bram jura. Cela s’annonçait horrible.
Mais en ouvrant la porte peinte en rouge, il comprit que cela n’allait pas être horrible du tout : cela allait être jolie, au-delà des bornes de la tolérance masculine.


– Retournez donc chez vous avec votre aimable invitation. Dès que des soldats côtoient d’un peu trop près des jeunes filles, il se passe des choses. Et si vous deviez vous trouver à nouveau au dessous de moi…
Son regard affamé parcourut le corps de Susanna.
-… vous ne vous échapperiez pas si facilement.
Elle étouffa un petit cri.
– Vous êtes une brute !
– Je suis un homme, mademoiselle Finch. Un homme, tout simplement.

Ma note : 19.5/20

• Scénario – 3.5/4
• Ecriture/Style – 4/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 1.75/2
• Suspens – 0.75/1.5
• Humour – 1.5/1.5
• Bonus « Féministe et humour » : +1pt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s