Contemporain·Drame·Fantasy/Fantastique·Romance

Seras-tu là ? – Guillaume Musso

CV_SERAS_TU LA_XO_108*117.inddCaractéristiques : 

  • Auteur – Guillaume Musso 
  • Editeur – XO 
  • Parution – 2006
  • Pages – 448
  • ISBN – 978-2266245791

4ème de couverture : 

Et si l’on nous donnait la chance de revenir en arrière ? Elliott, médecin réputé, père comblé, ne s’est jamais consolé de la disparition d’Ilena, la femme qu’il aimait, morte il y a trente ans. Un jour, par une circonstance extraordinaire, il est ramené dans le passé et rencontre le jeune homme qu’il était alors. Les années 1970 battent leur plein à San Francisco, Elliott est un jeune médecin passionné et plein d’ambition. Fera-t-il cette fois le geste décisif qui pourrait sauver Ilena ? Saura-t-il modifier son implacable destin ?

Mon avis : 

Et on rattrape son retard dans les chroniques petit à petit… Avec aujourd’hui un autre livre de ce cher Guillaume Musso… Qui a su me transporter et me surprendre, une fois de plus.

Comparé à ces autres travaux, le style ici est comparable à celui employé dans La fille de papier, à savoir posé, précis par moment, comme volontairement vague, puissant et éreintant pas d’autres. Comme à chaque fois, il sait jouer avec nos émotions et nos attentes. Vers les 3/4 du bouquin, je pensais savoir quelle serait la fin… Et bien une fois encore, on m’a coupé l’herbe sous le pied, et je suis tombée de haut !

L’intrigue, comme dans tous ces premiers romans je trouve, est intimement mêlé avec des phénomènes inexpliqués, des choses que l’on pourrait ranger dans le surnaturel ou l’imaginaire. Ce qui rend ce livre très attractif, c’est à la fois son côté proche de l’humain comme le fait à chaque fois Musso, mais l’exploitation du voyage dans le temps approfondis encore plus cette sensation d’humanité, et ravira les fanas de SF et de Doctor Who (- IL NE FAUT PAS MÉLANGER LES EFFLUVES !!!! – De toute façon, rien est impossible, tout est improbable.  Hem hem).

L’histoire, quant à elle… Si on ne reconnait pas ici le style de Musso, on ne pourra pas le reconnaitre ailleurs je pense ! Pourquoi ? Amour impossible, bordel émotionnel, problème, enquête… Un livre dont je rangerai l’histoire dans la case « Classique façon Musso ».

Les personnages… Alors là, gros bordel, car nous avons à chaque fois (ou presque) deux exemplaires de chaque personnages. Un vivant dans le passé, et un dans le présent.

Nous avons Elliott, médecin, meurtri par l’amour. La femme qu’il a toujours aimé, Ilena, est morte il y a 30 ans. On le voit sous ses deux facettes. L’une jeune, fougueuse, et l’autre, plus vieille, plus sage, mais aussi las. L’un devra faire un sacrifice énorme pour sauver Ilena, changeant alors à la fois sa vie, et son futur. Un personnage que j’ai tantôt détesté, tantôt adoré. Et le pire, c’est quand on sait que je pouvais, dans un même temps, détester le Elliott vieux, et adoré le Elliott jeune.

Matt, le meilleur ami d’Elliott, véritable plaisantin, que j’ai beaucoup apprécié ! Un bon personnage fort sympathique qui vient un peu détendre l’atmosphère.

Ilena… Peut être trop positionnée en tant que victime dans l’histoire, mais c’est un détail que l’on oublie vite, tant j’ai admiré cette femme. Je vous laisserai découvrir pourquoi…

J’ai beaucoup aimé ce livre, même si ce n’est pas un coup de coeur. Mais en y repensant… J’ai mal pour les personnages. Vous comprendrez pourquoi si vous venez à le lire, mais la fin m’a laissé un goût de nostalgie et de vie gâchée… Que ne ferait-on pas par amour…?

En bref, un livre qui est un classique de Guillaume Musso, poignant et émouvant à souhait !

Citations :

– Tu crois vraiment que ce sont ces pilules qui t’ont fait cet effet-là ?
– Quoi d’autre ?
– Tu as peut-être bouffé quelque chose de pas très frais, hasarda Matt. Pour moi, tu fréquentes trop les traiteurs chinois…
– Arrête…
– Je suis sérieux. Ne mets plus les pieds chez Chow : son canard laqué, je suis sûr que c’est du chien…


Dans les périodes d’apaisement, on croit toujours les avoir vaincus.
On s’imagine qu’à la longue, on a fini par leur faire la peau.
Qu’on les a éloignés pour de bon.
A jamais et pour toujours.
Mais c’est rarement le cas.
Les plus souvent, nos Démons sont toujours là, tapis quelque part dans l’ombre.
Guettant inlassablement le moment où l’on baissera la garde.
Et quand l’amour s’en va…

(c’est quand je retape ce genre de citations que je me rappelle pourquoi j’adore Guillaume Musso *.*)


Il posa le cône à plat sur le bureau et lui imprima une impulsion : le solide tournoya sur lui-même. Il imprima la même impulsion au cylindre : celui-ci roula sur la table et finit par se briser sur le sol.
Les deux pièces avaient subi le même choc, mais suivi des trajectoires différentes. Morale de l’histoire : les gens réagissent différemment au même coup du sort.


Tout comme il existe des coups de foudre en amour, il y a quelque fois des coups de foudre en amitié.


Un misérable tas de petits secrets, voilà ce que nous sommes tous.


Il regrette de n’avoir pas su trouver les mots pour l’aider, tout en sachant très bien que les paroles ne sont que des alliées de faible poids face à la souffrance et à l’adversité.

Ma note : 18.5/20

• Scénario – 3.5/4
• Ecriture/Style – 3.75/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 1.75/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 1.75/2
• Suspens – 1.5/1.5
• Humour – 1.25/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s