Dystopie·Romance

L’Élite (La Sélection 2/9) – Kiera Cass

couv9899027Caractéristiques : 

  • Auteur – Kiera Cass
  • Editeur – Robert Laffont
  • Parution – 2013
  • Pages – 308
  • ISBN – 978-2221129296

4ème de couverture : 

La Sélection de 35 candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Élite restante n’est plus composée que de 6 prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illéa, cette petite monarchie régie par un strict système de castes et déchirée par deux factions de rebelles qui veulent la faire tomber.
Pour America Singer, la donne est encore plus compliquée : ses sentiments pour Maxon viennent se heurter à son amour d’enfance pour Aspen, garde royal qui hante les couloirs du palais, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales… Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête de la décision qui changera à jamais sa vie…

Mon avis :

Tome 2 d’une saga tout juste commencé, je n’ai pas été déçue de ce tome, bien au contraire !

Le style est toujours aussi fluide que dans le premier tome, même si il reste toujours aussi pauvre en figure de style. Il est simplement plus puissant, plus percutant que dans le premier. Simple amélioration du style, ou adaptation à la mentalité nouvelle d’America ? Bonne question. Je penche plus pour la deuxième option, vu la teneur des tomes 3 et 4 (oui, je suis à la bourre dans mes chroniques, mais ça arrive !!).

L’intrigue, cette fois ci, n’est plus entièrement fondée sur le systéme de la Sélection, mais sur le fond dystopique, que l’on effleure à peine dans le premier tome. Ici, America en apprend bien plus sur les fondements de la monarchie (qui n’a de monarchie que le nom). Avec cette trame de dystopie, America est déchirée entre son amour de jeunesse, à savoir Aspen, et Maxon, le prince. Retour en force d’un triangle amoureux qui pourra en dégoûter plus d’un je pense, vu l’overdose qu’on a fait de cette chose ces dernières années. Ça m’a pas mal dérangé au début quand elle faisait un peu le yo-yo. J’avais envie de la tarter d’y dire de réfléchir et de grandir un peu. Mais dans l’ensemble, pas de pétage de plomb en vue.

L’histoire… Excellente. Kiera Cass ne fait peut-être pas dans le plus original, mais elle le fait bien. C’est addictif. Très addictif (NB : j’ai terminé ce tome vers les 2h du matin, après avoir dit vers 23h, je cite « Je vais lire trois ou quatre chapitres », pour enchaîner dans la foulée le tome 3 suite à un gros cliffhanger final. Grrrr)… Une fois en main, impossible de le lâcher. Il n’y a pas vraiment de cliffhanger à la fin des chapitres, mais il y a un petit quelque chose qui nous pousse à continuer à lire, à voir comment America va se sortir du pétrin dans laquelle elle s’est mise… Parce qu’ici, on est vraiment dans le doute, à savoir si elle va rester, ou si elle va se faire éjecter.

Les personnages, eux, semblent avoir été amplifiés :

America, toujours fidèle à elle-même, a gagné en maturité et en puissance dans ses convictions. Ce qui abouti, obligatoirement, à des prises de positions et des façon de pensées plus radicales et qu’elle avoue avec beaucoup plus de facilité et de force. Ce qui lui vaut pas mal de problèmes d’ailleurs…

Maxon, lui, est toujours aussi romantique, mais je l’ai trouvé un peu plus viril dans ce tome-ci, qu’il s’assumait plus en tant qu’homme, et non en tant que prince élevé avec une cuillère en argent dans la bouche.

Aspen… J’ai vraiment eut des envies de meurtres. Dans le genre têtu et casse-bonbon… Bref. On va éviter de spoiler.

Mais ce qui est super ici, c’est que le tome est très équilibré. Plus puissant et plus garni au niveau du contenu (la Sélection, le triangle amoureux, la facette dystopique…), mais il reste équilibré, et tout aussi léger (ou presque) que le premier tome. On garde les paillettes des princesses (qui, malgré tout ce que je pourrais dire, ont conquis la vraie fille qui rêve de jolie robe et de belles chaussures en moi), avec la brutalité du monde extérieur et de la réalité politique (le côté bourrin quoi). Moralité, on le lit tout aussi vite, mais en ayant un discours un peu plus mature. Et ça, c’est top.

En bref, un tome que j’ai déchiré, adoré, bien que ça ne soit pas un coup de coeur, mais il n’y a vraiment pas loin.

Citations :

– C’est comment d’être amoureuse ? lui demande ma petite soeur.
– La chose la plus merveilleuse et la plus terrible qui puisse vous arriver, soupire Lucy en réponse. Un bonheur qui menace à tout instant de vous filer entre les doigts, en quelque sorte.
Lucy a parfaitement résumé la situation. L’amour, c’est une peur qui vous donne des ailes.


Ce qui m’importe, désormais, c’est de partir sur un coup d’éclat.

Ma note : 18.25/20

• Scénario – 3.75/4
• Ecriture/Style – 3.25/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 2/2
• Suspens – 1.5/1.5
• Humour – 0.75/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s