Contemporain·Coup de coeur·Drame

Et soudain tout change – Gilles Legardinier

couv40675245Caractéristiques : 

  • Auteur – Gilles Legardinier
  • Editeur – Pocket
  • Parution – 2013
  • Pages – 388
  • ISBN – 978-2266258494

4ème de couverture : 

Camille et ses amis se connaissent depuis la maternelle. Leur dernière année de lycée les a enfin tous réunis dans la même classe. A quelques mois du bac, en compagnie de sa meilleure amie, Léa, d’Axel, Léo, et toute sa petite bande, la jeune fille découvre joyeusement la vie. Tous se demandent encore quels chemins ils vont prendre. Ils ignorent encore que d’ici l’été, le destin va leur en faire vivre plus que dans toute une vie. Du meilleur au pire, avec l’énergie de leur âge et leurs espoirs, entre convictions et doutes, entre illusions et réalité, ils vont expérimenter, échanger et affronter. Leur histoire est la notre.

Mon avis : 

En sortant de Puzzle de Franck Thilliez, j’avais besoin de quelque chose de léger, de fun… Connaissant l’auteur par Demain j’arrête ! que j’avais beaucoup aimé et qui était assez frais, je me suis dis Imotep ! Fonce ! C’était quoi déjà qu’il disait ? Ah, oui. Ne jamais se fier à la couverture.

Le style est, comme dans mon souvenir, frais, léger, mais aussi riche et très axé sur l’humour. Mais la notion qui rentre en plus en jeu ici, est la quantité phénoménale de petits (voir gros) message à portée bien plus philosophique qu’il pourrait y paraître. Un énorme bonus.

L’intrigue, elle, est assez classique dans ce genre qu’est le contemporain : comme je l’avais précisé dans mon Book Haul Spécial Rentrée, il était bel et bien question de vie de lycéens, galères en cours et profs compris. Rien de bien étonnant de ce que côté ci, même si la tournure que donne l’auteur à cette intrigue la rend, quelque part, unique en son genre.

Mais l’histoire… Moi qui m’attendais à un truc léger… ATTENTION POSSIBLE SPOIL ! Sur toute la première partie du bouquin, tout va comme sur des roulettes. Seul bémol ? La meilleure amie de Camille qui semble, au départ, n’avoir qu’une santé un peu trop fragile. Jamais au grand JAMAIS je n’aurais pensé que ce livre allait tourner en trip façon Nos étoiles contraires. Mon dieu. Moi qui voulais un truc léger et pas prise de tête… Je me suis retrouvé entre les mains de dame Nostalgie, Mélancolie et un brin de Tristesse, accompagné de sieur Kleenex !

Les personnages sont extrêmement attachants, peut être même trop… Il faut savoir que l’on suit une bande de lycéens en classe de terminales, et qui vont passer leur Bac. Je pense donc que, ayant passé ce même diplôme en juin dernier, je me suis attachée à ses personnages bien plus que je ne le devrais, car ils représentent maintenant un moment de mon passé. Ils restent attachants pour tout le monde, mais les personnes d’un âge plus mûrs s’y attacheront peut-être un poil moins…

Nous avons Camille, la fille sage, avec des résultats normaux, qui vit très bien son adolescence. Meilleure amie, bonne bande de pote… Elle est cependant très timide, et s’efface (à mon goût), un peu trop souvent pour laisser les autres sur le devant de la scène. Peut être un peu trop naïve et candide aussi…

Léa, la meilleure amie. Je n’en dis pas plus.

Toute la bande de pote est assez unique, entre celui qui est un peu frappé du ciboulot, l’autre qui se prend pour un agent secret, etc…

Enfin, personnage secondaire mais ô combien important : le prof d’économie. Pourquoi d’économie, c’est une très bonne question cher Watson ! Mais il revêt une importance capitale dans l’avancée de l’intrigue et du développement des personnages. Une sorte de maître Yoda façon Éducation Nationale.

Mais ce qui fait vraiment, pour moi, la force de cet ouvrage réside dans son fond qui se veut bien plus philosophique qu’il n’y paraît. Face à un avenir qui se décide de plus en plus, une nouvelle qui change leurs visions de la vie… Surtout que, même dans un contexte qui devient de plus en plus sombre, l’humour est toujours présent.
En outre, j’aurais aimé lire ce livre là plus tôt, en particulier à une certaine période de ma vie dans laquelle, je le sais, il m’aurait été plus qu’utile.

En bref, c’est un énorme coup de coeur pour moi, qui m’a faite un peu plus tombé amoureuse de la plume de cet auteur. Je déconseille cependant aux personnes cherchant une lecture légère.

Citations :

Ce jour là, j’ai appris une chose essentielle : dans un combat, ce n’est pas le plus fort qui l’emporte, mais le plus convaincu.


Vous savez, j’ai toujours cru qu’il existait un âge pour conjuguer les verbes : marcher, grandir, aimer, perdre, souffrir, mentir, baisser les yeux, apprendre, se battre, avouer, espérer, partir ou laisser partir. Maintenant, je sais que c’est faux. Il n’y a pas d’âge pour conjuguer les verbes, il faut juste des circonstances.


– Quand le temps de l’argument n’est pas celui de l’esprit, c’est l’intérêt qui prévaut, et l’action qui en boucle ne peut-être que pervertie. C’est essentiel pour comprendre ce courant philosophique.
C’est exactement ce que je me dis tous les mardis quand je sors les poubelles.


À toujours vouloir ressembler aux autres pour se sentir intégré, on finit par sacrifier beaucoup trop de soi.


Que lui est-il arrivé pour qu’il devienne cet homme-là, avec son beau costume, ses gestes empesés et son vocabulaire digne d’un mode d’emploi de micro-onde mal traduit de l’allemand ? »

(en parlant de son proviseur qui fait un discours chiant à mourir)


– Alex, j’ai un peu d’argent sur moi. Ce n’est pas énorme, mais…
Il me prend doucement par les épaules et descend à ma hauteur en cherchant mon regard.
– Camille, c’est vraiment gentil, mais c’est non. Je vais trouver une solution qui m’évitera de payer une voiture neuve à un enfoiré en prenant les économies des gens que j’aime.
Qu’est-ce qu’il vient de dire, juste là ?


Faut-il attendre que la mort arrive pour se rendre compte de la place qu’occupent les gens ?


Peut-être qu’en sachant trop de choses, on ne tente plus rien… Léa croit que, pour oser, il ne faut rien savoir. Je suis d’accord, mais si l’on ose trop sans en savoir assez, on peut aussi se détruire.


– Camille, on couche parce qu’on a envie. On aime parce qu’on n’a pas le choix.


– Jamais peur ? Tu plaisantes ? J’ai tout le temps peur. Et je peux t’assurer que c’est pour tout le monde pareil, sauf pour les crétins… et encore.
Je le fixe, stupéfaite. Derrière son profil, les lumière de la ville défilent en scintillant.
– Mais vous avez l’air si sûr de vous… Vous ne vous trompez jamais de mot, vous avez toujours les réponses justes. On ne perçoit aucun doute…
– Lorsque j’enseigne, je parle de choses que je pratique depuis des années, que d’autres avant vous ont remises en cause et auxquelles j’ai réfléchi. Et puis on parle de théories économiques. On brasse des chiffres, des idées, on va d’un point du globe à un autre en une phrase. Ce n’est pas la réalité. La vie n’a rien de théorique. Si, dans un exercice d’économie, tu te trompes sur le résultat, tu auras tout au plus quelques points en moins. Dans la vie, ça peut faire des morts.


Rien n’est plus impressionnant que la colère sincère de gens adorables.


Ce sont les problèmes qui nous forgent et les peurs qui nous rapprochent. On fait sa vie avec ceux qui comprennent nos soucis.


– Pourquoi toujours envisager le pire ?
– Parce que c’est en s’y préparant que l’on a une chance de s’en sortir.


Je suis convaincue que lorsque deux personnes se quittent, c’est celui qui regarde l’autre le dernier qui aime le plus. Je ne l’ai pas quitté des yeux. Il ne s’est pas retourné une seule fois.


– Et vous trouvez les réponses ?
Il regarde vers le ciel et soupire. Puis lentement il reviens vers moi. Je crois que nous n’avons jamais été aussi proches.
– Tu sais, Camille, trouver les réponses n’est pas le plus difficile. La vie te les apporte, tôt ou tard. Le plus dur, c’est continuer à vivre en les connaissant.

Ma note : 17.75/20

• Scénario – 3/4
• Ecriture/Style – 3.5/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 1.75/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 1/2
• Suspens – 1/1.5
• Humour – 1.5/1.5
• Bonus « Philosophie sous-jacente » : +1 pt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s