Contemporain·Coup de coeur·Philosophie/Réflexion

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers – Benjamin Alire Saenz

couv9116509-pngCaractéristiques : 

  • Auteur – Benjamin Alire Saenz
  • Editeur – PKJ
  • Parution – 2015
  • Pages – 359
  • ISBN – 978-2266253550

4ème de couverture :

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

Mon avis :

Alors lui, c’est LE phénomène du moment. J’en ai entendu parlé il y a déjà plusieurs mois, sauf que les titres à rallonge… C’est pas mon trip, alors je me suis dit « Laisse couler,  tu verras plus tard ». Puis je préfère avoir un temps de retard sur les vagues de lectures qu’il y a. Je tiens à remercier les filles du groupe E.J. pour m’avoir invité à le lire (petite dédicace à Rachel, Océane, Lise-Marie, Élise, Camille, Marine et Ornella !), mais aussi à Johanna du blog A Book Around The Corner, qui n’a pas vraiment flashé sur le livre. Du positif, du moins positif, du négatif… Voici donc ma propre opinion après une intro qui est une véritable brique… Désolé ^^.

J’avais lu de partout de c’était poétique et tout ça, et je ne sais pas pourquoi, je me suis de suite imaginé un style un peu alambiqué, complexe… Alors que pas du tout ! Je pense qu’on ne peut pas faire plus simple au niveau du style. Mais c’est loin d’être un défaut, bien au contraire ! Ça rends la lecture très légère et donc très rapide, idéale pour l’été je trouve. Il y a tout de même un certaine richesse au niveau du vocabulaire, mais surtout, une chose que je trouve absolument merveilleuse : un style simple, mais percutant. L’auteur a façonné ici une véritable bulle d’émotions et de sentiments. Ce qui est fort, c’est qu’il n’y a aucune description de ressentiment. On est plongé dans la tête d’Aristote (ou Ari – point de vue interne donc -), et… On vit littéralement avec lui tout ce qu’il vit, ses troubles, ses incompréhension, ses joies…

L’intrigue… Je ne sais même pas si on pourrait la classer quelque part. En elle même, elle est une banalité qui atteint des sommets. Deux gars un peu isolé qui deviennent potes, et on suit leurs petites vies plus ou moins tranquilles… Du classique j’ai envie de dire.

Mais l’histoire… Wahou. L’auteur n’hésite pas à aborder des sujets complexes et trop souvent (malheureusement…) tabous, comme tout ce qui touche aux préjugés (Américain = riches // Mexicain = pauvres), aux troubles réels des adolescents (j’ai vraiment eu l’impression de relire des pensées que j’ai eu, tant cela est proche de la réalité), et surtout, surtout… À l’homosexualité masculine. On ne va se le cacher, l’homosexualité féminine dérange, mais pas autant que la masculine. On est d’accord, c’est complètement con, mais c’est comme ça. Et je trouve que c’est vraiment quelque chose de très fort. On découvre cette amitié qui est plus qu’ambigüe mais sur la retenue en même temps… Fabuleux. Vraiment fabuleux…

Les personnages sont très particuliers et très attachants. On n’a pas vraiment beaucoup de détails sur eux, pas vraiment de description physique non plus… Mais ils sont tellement… Plausibles, sincères et vrais !

Dante, le garçon qui semble heureux et foufou, qui en fait est loin d’être lisse et sans part d’ombre.

Aristote, le solitaire meurtri et tiraillé qui a du mal à se dépatouiller dans ses émotions, et qui est un peu perdu dans son passage d’adolescents à jeune adulte.

Et les parents… J’ai très rarement vu un livres qui dépeint aussi bien une relation parents/enfants. Aussi équilibrée, présente… Pour une fois, les parents sont un rock, un pilier, et non pas un détail encombrant. Heureux pour l’un, tiraillé et rongée par de vieilles blessures pour l’autre… Enfin un livre qui montre des personnages imparfaits et touchant comme je les aime !
Je sais que beaucoup ont critiqué les dialogues présents… Mais je les trouve plus vrais et réaliste que des gros monologues qui n’arrivent jamais dans la vraie vie.

Mais soyons clair, la puissance de ce livre réside dans l’émotion et la morale de l’histoire. Vous le savez maintenant, je suis assez… Émotive et très impliquée émotionnellement dans les livres que je lis. Et je peux vous garantir qu’aucun ne m’a fait me sentir aussi… Ancrée dans la réalité et à la fois dans un autre monde. Certains passages m’ont ému jusqu’aux larmes, non pas parce que l’action était triste, ou marrante… Mais simplement parce que je trouvais ça beau. Tout simplement. C’est assez compliqué à expliquer mais… J’était émue parce que ce que je lisais était simple, beau, vrai, sincère… Parce que j’ai rigolé comme je peux rigoler avec mes parents, été émue comme je peux l’être dans un film… Vraiment, j’ai pleuré pour livre pour sa beauté et sa poésie.

Enfin, la morale de l’histoire, qui est loin d’être anodine. Parce que concrètement, Aristote et Dante, qu’est-ce que c’est ? C’est deux ados qui se cherchent. Qui cherchent qui ils sont. Un se trouvent plus rapidement que l’autre, et est plus épanouie, alors que l’autre va jusqu’à rejeter ce qu’il est, il refuse, son esprit n’a même pas effleuré l’idée (ceux qui on lu le livre me comprennent !)… En gros, il ne s’assume pas. Et la fin est juste tellement belle et tellement magique… N’ayez pas honte de vous. De ce que vous êtes, ou de ce que vous aimez. Jamais. Que vous soyez maigre, plus enrobé, roux, blond, noir, blanc, vert… Hétéro, gay/lesbienne, bi ou trans… N’ayez pas honte de qui vous êtes et vivez comme votre coeur vous dit de vivre.

En bref, c’est un énorme coup de coeur pour ce livre que j’aurais vraiment aimé lire avant, pendant mon année de première, où je me cherchais, et où l’histoire d’Aristote et Dante aurait pu m’aider à m’accepter plus vite. Un livre qui cependant ne plaira pas à tout le monde car le tempo est assez lent, tout repose vraiment sur les émotions… Si vous préférez l’action, les trucs trépidants… Passez votre chemin, mais si vous êtes un tantinet curieux… Lisez le. C’est obligatoire.

Citations :

Le problème c’est que ma vie était l’idée de quelqu’un d’autre.


– Tout le monde m’appelle Ari.
– Content de te rencontrer, Ari.
J’ai aimé sa façon dont il a dit : « Content de te rencontrer, Ari. » Comme s’il le pensait.


Je me suis dit que les poèmes étaient comme les gens. On en comprend certains immédiatement, d’autres jamais.


En étudiant les oiseaux, peut-être apprenait-on à être libre. Je crois que c’était ce qu’il voulait dire.


Je me demandais ce que ça faisait de tenir quelqu’un par la main. Je parie qu’on trouve tous les mystères de l’univers dans la main de quelqu’un.

(c’est tellement beau que j’en ai eu les larmes aux en le retapant…)


Elle était belle. Je l’enviais. elle avait toujours su qui elle était.
J’aurais voulu lui demander : Maman, quand saurai-je qui je suis ?


Il y a des mots que je saurai jamais épeler.


Un autre secret de l’univers : parfois, la douleur est comme une tempête venue de nulle part. La matinée la plus ensoleillée peut se conclure par un orage. Par des éclairs et du tonnerre.


Parfois, on fait ce que l’on fait non pas parce qu’on y a pensé mais parce qu’on le sent. Quand on est trop affecté, on ne se contrôle pas toujours.

Ma note : 19.75/20

• Scénario – 3/4
• Ecriture/Style – 4/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 1.75/2
• Suspens – 0.5/1.5
• Humour – 1.25/1.5
• Bonus « Inspiration/Morale » : +1pt
• Bonus « Vraisemblance/Réalité » : +1pt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s