Contemporain·Drame

La face cachée de Margo – John Green

couv3055700Caractéristiques : 

  • Auteur – John Green
  • Editeur – Gallimard
  • Parution – 2008
  • Pages – 386
  • ISBN – 978-2070662562

4ème de couverture : 

Quentin Jacobsen a passé toute sa vie à aimer la magnifique et aventureuse Margo Roth Spiegelman à distance. Le jour où elle ouvre sa fenêtre et grimpe dans sa vie, habillée comme un ninja et l’invitant dans une ingénieuse quête de revanche, il suit. Après cette nuit blanche, un nouveau jour commence et Quentin découvre en arrivant à l’école que Margo qui avait toujours été une énigme est maintenant devenu un mystère. Mais il apprend bientôt qu’elle a laissé des indices, et qu’ils sont pour lui. Le chemin pour la retrouver est loin d’être tout tracé, et plus il avance, moins il reconnait la fille qu’il croyait connaître.

Mon avis : 

Lu à l’occasion d’une lecture commune avec ma petite loutre Johanna de Raven’s Bookcase, c’est un constat assez… Mitigé et assez étrange.

Le style est typique de John Green : simple, fluide, percutant, et surtout, très naturel. C’est toujours un plaisir à lire, même si parfois, on aimerait un peu plus d’originalité ou de fioritures dans la rédaction.

L’intrigue repose en partie sur une sorte de suspens/pseudo-policier assez agréable, bien que certaines choses m’ont assez dérangé (j’y reviendrais plus bas).

L’histoire, elle… Du John Green tout craché. Originale, palpitante voir même addictives par moment, une fois de plus, l’auteur aura su nous surprendre. Mais cependant, plusieurs détails me gêne affreusement.
Le livres est scindé en trois parties. La première est exaltante, tout comme la dernière, où on est de plus en plus sous pression. Mais la seconde ? Plate, morne, sans vrais rebondissements… Et d’une lourdeur ! C’était assez désagréable. Dommage.

Les personnages sont assez… Pour une fois, je crois que je n’ai pas vraiment aimé les personnages mis en scène, hormis Ben, qui m’a vendu du rêve.
Quentin, le personnage principal ici, n’est pas vraiment attachant je trouve… Puis sa détermination à relire encore et encore ce même poème, il s’enfonce à vouloir retrouver Margo à tout prix… Ça frôle la démence. Je pense vraiment que sa réaction été vraiment exagérée et très loin d’être saine d’esprit pour un enfant qui se dit équilibré puisque fils de deux psychologue. Je dis ça, mais j’espère que, si je venais à disparaître un jour, quelqu’un mettra autant d’énergie à me retrouver.
Les personnages secondaires sont sympathiques, marrants… Bref, on les aime bien, mais rien de vraiment spectaculaire.
Puis vient la fameuse Margo… Qui m’a assez faite pensée au personnage de L’Arlésienne de Bizet (personnage dont on entend toujours parlé, mais qu’on ne voit jamais). Ici, c’est un peu la même chose. Tout le bouquin tourne autour d’elle, et au final, on la voit très peu.

Mais ce que je retiens surtout de ce livre, c’est son fond beaucoup plus philosophique que les autres. En effet, tout au long de l’histoire, Quentin se rends compte que Margo, qu’il idolâtrait et pensait connaître, n’est en fait pas du tout celle qu’il pensait. Tout repose donc sur ceci : on ne connait jamais vraiment quelqu’un.
De plus, le titre d’origine (Paper Towns) donne quelques indications sur une triste vérité que dit Margo. Comme quoi, les villes, nous… Nous sommes tous fait de papier, nous sommes tous faux… Personne n’est ce qu’il prétend être. De loin, tout simple beau, mais tout est plus moche de près.
Le message est vraiment très beau, et m’a vraiment percuté.

Cependant… La fin m’a laissé vraiment vraiment vraaiiiment perplexe. Je suis assez déçue de cette dernière mais en y réfléchissant… Je n’en aurais pas vu d’autre.

C’est donc un bilan assez spécial car je serais tout simplement incapable de dire si j’ai aimé ce livre ou non ! Le message qu’il véhicule oui, mais le reste… Aucune idée !

Citations :

– Je crois savoir pourquoi il l’a fait, a-t-elle déclaré au bout d’un moment.
– Pourquoi ?
– Si ça se trouve, toutes ses cordes intérieures ont cassé.


Margo a toujours adoré les mystères. Et la suite des évènements n’a cessé de me prouver qu’elle les aimait tellement qu’elle en est devenue un.


Puis la durée de vie s’est allongée et les gens ont eu de plus en plus d’avenir, et par voie de conséquence ils ont consacré plus de temps à y réfléchir. À l’avenir. Et aujourd’hui, la vie est devenue l’avenir : on va au lycée en vue d’aller à la fac en vue de décrocher un bon boulot en vue d’avoir une jolie maison en vue de pouvoir payer des études supérieures à ses enfants de façon à ce qu’ils décrochent un bon boulot en vue d’avoir une belle maison en vue de payer des études supérieures à leurs gosses.


Il m’a toujours semblé ridicule qu’on puisse avoir envie de sortir avec quelqu’un sous prétexte qu’il était beau. Ce serait comme choisir ses céréales en fonction de la couleur et non du goût.


– C’est un pénis, a commenté Margo, au même titre que Rhode Island est un État. Il est peut-être chargé d’histoire, mais il ne brille pas par sa taille.


– Aïïïe ! La vache, ma main !
Il a essayer de serrer le poing, mais la tentative lui a arraché une grimace.
– Je pense que Chuck Parson se colle un bouquin de classe sur le ventre.
– Ça s’appelle des abdominaux, ai-je dit.
– Ah oui, j’en ai entendu parler !


Faire pipi, c’est comme un bon livre en ce sens qu’il est très, très dur, de s’arrêter une fois qu’on a commencé.


J’ai senti des ongles s’enfoncer dans mon bras.
– Tout va bien, Lace, ai-je dit.
– Oups ! Je me suis trompé de bras.
J’ai compris qu’elle cherchait celui de Ben.


C’est toujours plus facile d’aimer les gens de loin.

Ma note : 14.5/20

• Scénario – 3/4
• Ecriture/Style – 3/4
• Potentiel d’addiction – 2/3
• Personnage – 1/2
• Emotions – 1/2
• Originalité/Créativité – 1.5/2
• Suspens – 1.5/1.5
• Humour – 1.5/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s