Érotique·Contemporain

Un million de secrets inavoués (Million Dollar 1/2) – C.L. Parker

517yqzfucxl-_sx323_bo1204203200_Caractéristiques : 

  • Auteur – C.L. Parker
  • Editeur – Le Livre de Poche
  • Parution – 2014
  • Pages – 384
  • ISBN – 978-2253002208

4ème de couverture : 

Le désir n’a pas de prix… Delaine Talbot a un secret. Pour sauver sa famille d’une tragédie imminente, elle vend son corps aux enchères d’un club érotique très sélect de Chicago. À compter de ce jour et pendant deux ans, elle appartiendra à un seul homme : Noah Crawford, un riche et arrogant héritier, qui pourra disposer d’elle comme bon lui semble. Dès les premiers instants, ces deux caractères explosifs font des étincelles…

Mon avis :

Fortement conseillé par une amie (coucou Lisa !) et ayant besoin de légèreté, j’ai jeté mon dévolu sur ce livre (érotique à nouveau je sais, mais que voulez-vous, c’est mon péché-mignon !).

Déjà, la couverture est très belle. Très esthétique, et quelque peu affriolante… Bref, une couverture qui tape dans l’oeil et donne envie de lire le résumé !

Le style, il faut être réaliste, ne remporterait pas un prix, mais reste d’une qualité nettement supérieur à celui employé dans les 50 nuances de Grey. Malgré cela, il reste tout de même très fluide et très agréable à la lecture, pas du tout prise de tête. Seul détail qui en choqueront plus d’un : c’est vraiment, vraiment très cru. Bon, à la limite, ce n’est pas le genre de chose qui me gène bien au contraire, je préfère encore un langage crue façon Bigard (l’humoriste hein, pas la marque de streak), qu’un auteur qui n’ose pas employer des mots plus salasses. M’enfin, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai lu le mot bite.

L’intrigue est d’une banalité déconcertante. Une fille « normale » dans le besoin, un mec qui transpire le sex et qu’une beauté digne des divinités grecques avec un compte un banque indécent… Bref, la routine.

L’histoire, est un peu plus intéressante. Déjà, la raison de leur rencontre. Elle, pour pouvoir payer une opération pour sa mère extrêmement malade, va jusqu’à se vendre, vendre son corps, pour gagner de l’argent. Cette partie là de l’histoire a quelque peu froissée la féministe qui est en moi, comme quoi, dans un besoin extrême, parce que bridé par la société, au lieu de se démener pour garder son intégrité et sortir la tête de l’eau, une femme pensera immédiatement à vendre son corps au plus offrant. Bref, je vais arrêter de psychoter. Hormis ce détail ci et le comportement d’homme des cavernes prit par Noah au début du livre, l’histoire reste sympathique.
De plus, et cela, c’est un bon point, la narration se fait selon deux points de vue : tantôt celui de Lanie, tantôt celui de Noah. C’est assez intéressant de voir cette dualité.

Les personnages sont un peu… Creux et trop lisses à mon goût. Malgré certaines épreuves qu’ils ont traversés, ils me semblent tous deux (Noah et Delaine) assez plat. Surtout que Delaine est quelque peu incohérente. Un coup elle le déteste, et quelques pages après, elle se morfond parce qu’elle ne sait si lui, l’aime comme elle l’aime. J’ai juste envie de dire qu’il manque un morceau, tout ce passage qui développe la vision du personnage… Dommage.
Le seul personnage qui m’a vraiment touché, c’est Polly. Un peu foldingue sur les bords, mais très protectrices envers Noah.

Les scènes érotiques sont nombreuses, crues, et loin d’être platonique !

En bref, une lecture à la fois légère, chaude et rafraîchissante pour l’été !

Citations :

On peut toujours déguiser un cochon en smoking et noeud papillon, il n’en reste pas moins un cochon.


– C’est l’heure de mon bain, lui dis-je.
– Et alors ? Quel est le rapport avec moi ? rétorque-t-elle en se laissant retomber sur le lit et en se couvrant du drap.
Et devinez quel effet a immédiatement sur moi cette insolence ? Exactement. Une bite en titane.


Je déteste mentir, car un mensonge conduit toujours à un autre, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on se retrouve emprisonné dans une toile sans plus aucune possibilité de s’en échapper.


– Noah ? demandé-je d’une voix tremblante.
– Mmm ? Fait-il tout en continuant de remonter le long de ma cuisse.
– Vous pensez vraiment que la table de la salle à manger est le meilleur endroit pour faire ça ? C’est vrai, ce n’est pas très hygiénique.
– Je mange tous mes repas à cette table, marmonne-t-il contre ma peau.


Il hausse un sourcil et avance vers moi. Plus il s’approche, plus je recule, jusqu’à me retrouver acculée contre l’évier. Il pose les mains de chaque côté de moi et m’emprisonne avant de baisser la tête et de me faire un baiser à faire s’emmêler les orteils.


Il paraît que les diamants sont les meilleurs amis d’une femme, mais la boule en argent, ce n’est pas mal non plus dans le genre.


Le bacon : un aphrodisiaque bourré de cholestérol. Du bonheur en barre. Une tragédie pour les artères.

Ma note : 14.5/20

• Scénario – 2.75/4
• Ecriture/Style – 2.75/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 1/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 1.25/2
• Suspens – 0.75/1.5
• Humour – 1/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s