Coup de coeur·SF

Phobos (Phobos 1/4) – Victor Dixen

phobosdevictordixenCaractéristiques :

  • Auteur – Victor Dixen 
  • Editeur – Robert Laffont
  • Parution – 2015
  • Pages – 433
  • ISBN – 978-2221146637

4ème de couverture : 

Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon avis : 

Cela faisait un moment que j’entendais parler de cet ouvrage… Alors avec Elodie, pote blogueuse (Reading is so sexy), nous avons décidé de faire une lecture commune (enfin, je me suis greffée à sa lecture en cours pour être précise). Je me préparais déjà à quelque chose d’énorme, et j’étais bien loin de me douter que je me prendrais une telle claque, tant la réalité a dépassé mon imagination !

Le style est tout simplement fabuleux. Faussement simple, les tournures sont tantôt des plus simplettes, tantôt complexes, tantôt originales… L’auteur nous offre une véritable palette haute en couleurs de diversité. Je n’ai eu qu’à le laisser transporter. La seule chose qui pourrait en freiner certain, est le contexte de science-fiction. Mais étant une grande fan de Star Wars, je ne pouvais qu’accrocher.

L’intrigue est assez originale je trouve, et rafraîchissante. Pour une fois, ce n’est pas du recuit, nous avons droit à du tout neuf ! Dès le départ, on nous annonce la couleur, allant de révélations en révélations, suivant une sorte d’escalier. Et je trouve cela bien car au moins, on n’a pas l’impression que l’on nous mène en bateau, et surtout, cela donne plus de vraisemblance à l’oeuvre. On ne vibre pas qu’à un seul moment, et un peu après la révélation, mais durant tout le roman ! Nous avons les cartes en mains, et nous voyons les personnages se dépatouiller comme ils le peuvent avec ce qu’ils savent… Une approche trop peu utilisé et pourtant grisante. Car ici, le moteur est la curiosité : on sait déjà qui sait quoi, et la question est de savoir comment ils vont trouver les clefs, et non quelle porte ils doivent ouvrir. Du moins… Jusqu’à la fin (j’y reviendrai plus tard dans l’article).

L’histoire… Des fois, j’en viens à me demander comment on peut avoir d’aussi bonne idée. Non mais sincèrement, il fallait y penser ! Des scénarios farfelus de SF, on en a tous en tête… Mais des aussi bons, et surtout, des qui s’inscrivent aussi bien dans la réalité… Je ne peux qu’applaudir et saluer l’auteur. J’avoue qu’au départ la base de téléréalité en orbite m’avait un peu freinée… La téléréalité et moi… On va simplement dire que je préfère regarder un documentaire sur RMC découverte ou Arte que Secret Story ou Les Anges… Mais finalement, j’ai été agréablement surprise. Loin d’être chichi-panpan. Alors tout beigne !
Mais ce qui est phénoménal, c’est le contexte un peu de « complot », et cette ambiance stressante qui règne. Magistral. Simplement magistral.
Petite originalité aussi ! Nous avons droit à trois plans d’histoire. Une d’un point de vue interne à Léonor, dans le vaisseau ; et deux omniscients, à deux personnes restées sur Terre. Une approche très intéressante, avec changement de point de vue et tout… Chapeau !

Les personnages sont à couper le souffle ! Quatre sortent du lot.
Serena, la vile et manipulatrice psychologue, plus attirée par l’argent et la célébrité que par des vies humaines et l’éthique. Un personnage glacial avec des failles comme on aime.
Léonor, la rebelle. J’ai beaucoup aimé ce personnage, même si je trouve que son côté à tout dramatisé m’a sacrément gonflé par moment. Certes, elle a un souci (que vous découvrirez, je ne spoilerai rien), mais dans l’équipage, je trouve qu’elle est encore celle qui a le moins de séquelles comparée à d’autres. Mais sur la fin… Je n’ai pu que l’aimer, face à son courage.
Ensuite, les deux personnages masculins : Mozart et Marcus. Mon coeur n’a pas cessé d’aller de l’un à l’autre.
Le premier meurtri et mystérieux, le second plus sûr de lui et romantique. A la fin de chaque speed-dating les concernant, j’étais amorphe sur mon lit, tombant peu à peu amoureuse…
Les autres personnages sont tout aussi hauts en couleurs, mais plus effacés. Même si elle n’a pas une place centrale dans l’histoire, j’ai beaucoup aimé Liz (Elisabeth, l’anglaise). Les apparences sont parfois trompeuses (je vous laisse découvrir cela par vous même !).

Beaucoup de personnes m’ont dit que ce qui les gênaient le plus, c’était que la partie complot prenait trop le pas sur la romance. Très honnêtement, c’est vrai que cela manque un petit peu, mais je sais aussi que s’il y en avait eu plus, le livre aurait perdu en profondeur. Le soupçon de romance présent suffit tout à fait. La poire n’est pas coupé en 50/50, mais en 49/51.

La chute… Ceux qui me suivent sur twitter et facebook ont eu vent de ma fureur, mais… Non ! Ce n’est pas possible de finir sur un cliffhanger pareil ! Je n’étais pas prête psychologiquement… Et pour le coup, on se rend compte qu’il nous manquait un bon paquet de cartes. Les personnages n’ont fait que les abattre d’un seul coup sur la table. Epoustouflant. Un véritable orage.

En bref… Un énorme coup de coeur !! Je m’en veux presque de ne pas l’avoir lu plus tôt ! Plus sérieusement, foncez ! C’est une chose à avoir lu dans sa vie avant de mourir. Ce livre fait parti de mon Top 10 de mes livres favoris, c’est certains ! Vivement la suite ! Novembre 2015… C’est pas humain de nous faire attendre comme ça !

Citations :

Marquer l’Histoire, avec un grand H, comme c’était écrit sur l’appel à candidatures… C’est pour ça que j’ai envoyé mes coordonnées sans hésiter une seule seconde, dès que j’ai vu l’annonce dans un journal gratuit du métro à Paris : c’est parce que je n’en ai pas, moi d’histoire, même avec un petit h.


Le silence ne ment pas, il est plus pur et lus vrai que la plupart des paroles.


– Monstrueuse ? dit Serena McBee d’une voix songeuse. La monstruosité est dans l’oeil de celui qui regarde…


En réalité ce qui compte, ce ne sont pas les manuels, ce ne sont pas les titres. C’est la pratique, l’expérience, toutes ces choses que je n’ai pas, et qui seules permettent de se rappeler les bons gestes quand l’urgence vous tombe dessus sans prévenir.


Je ne sais pas ce que je trouverai, sans doute rien d’autre d’un lupanar où la science se prostitue au nom du showbiz, mais ça n’a pas pas d’importance.


Je n’ai jamais été très fan des fleurs comme le sont tant de filles. Les fleurs, c’est bien trop fragile. Ca fane et ça pourrit, c’est éphémère comme un serment qu’on ne tient pas.


– Ce que vous avez devant les yeux, Arthur, c’est le modèle idéal de toute société. Pas d’états d’âme. Pas d’égoïsme. Aucune de ces frictions psychologiques qui, chez les espèces soi-disant évoluées, dégénèrent en disputes, en conflits, en guerres intestines. La ruche, c’est l’unité parfaite : l’énergie de tout un peuple tendue vers un seul but !


Il ne badine plus : « Je ne te raconte pas ce que je veux, dit-il. Je te raconte ce que je sens. Je ne montre pas ce que je souhaite. Je montre ce que je suis. »


Marcus : « Il n’y a que la mort qui soit simple, et éternelle. Parce que tu vois, la vie, c’est compliqué, et c’est terriblement court. On a l’impression qu’on a tout le temps devant soi, mais en réalité c’est comme une séance de speed-dating : à peine entré dans la bulle, c’est déjà le moment de dégager. »
Léonor : « Tu parles comme un vieux ! »
Marcus : « Les vieux sont des jeunes pour qui tout a été trop vite. »


 Vous me demandez de choisir entre la Justice et l’Espoir… C’est un choix impossible.

Ma note : 19.75/20

• Scénario – 4/4
• Ecriture/Style – 3.75/4
• Potentiel d’addiction – 3/3
• Personnage – 2/2
• Emotions – 2/2
• Originalité/Créativité – 2/2
• Suspens – 1.5/1.5
• Humour – 1.5/1.5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s